Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | February 24, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Oh My God ! (2011)

Oh My God ! (2011)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 6/10

Oh My God ! (Hysteria en VO) est un film qui derrière ses allures de petite comédie anglaise toute choupie aborde un sujet qui en fera toussoter plus d’un avec embarras : le plaisir féminin. L’on appréciera entre autres la présence de Maggie Gyllenhaal, tellement plus charismatique et lumineuse que dans The Dark Knight où elle ne faisait que pâle figure après le joli minois de Kathie Holmes.

L’on apprendra ou se rappellera lors de ce film de certaines réalités historiques : en 1880, la communauté scientifique était persuadée que la femme ne pouvait ressentir de plaisir physique. D’autre part, l’hystérie était presque systématiquement diagnostiquée lors de sautes d’humeur, de dépression, de maux de têtes et bien d’autres maux. Cette “maladie” ne sera abandonnée en Angleterre qu’en 1952. L’un des remèdes à cette pathologie était, en l’occurrence, la prescription de massages… pelviens.

La réalisatrice – et psychologue – s’est donc lancé un pari qui aurait pu vite tomber dans le glauque ou nous tirer tout au mieux quelques rires gênés : l’invention du premier vibromasseur. Mais Tanya Wexler s’en sort plutôt bien, prenant le parti d’en faire une comédie légère, un feel-good movie (c’est le cas de le dire). Maggie Gyllenhaal, de son côté, ne s’effraie pas du sujet : elle s’est déjà illustrée avec brio dans La Secrétaire.

That awkward moment when your scientist colleague is holding a vibro.

C’est peut-être le revers de la médaille pour ce choix de traitement : l’on reste dans la légèreté et les situations hilarantes (voire surjouées) sans vraiment se risquer à aborder avec sérieux une problématique qui reste, encore de nos jours, taboue (tentez de parler orgasme féminin à un repas de famille…). Que l’on ne se leurre pas : avant d’être l’histoire d’une invention dans un contexte abordant l’avant-garde du féminisme, Oh My God ! reste une comédie et se revendique en tant que tel.

Comments

Submit a Comment