Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | June 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Journal du Festival de Cannes 2014 – 2è partie

Journal du Festival de Cannes 2014 – 2è partie
Chalisbury
  • On May 19, 2014
  • http://www.evablanchard.fr

Après une nuit déjà un peu courte, Cannes peut enfin commencer avec une première journée complète, et tant qu’a faire bien chargée. La faiblesse de mon corps ne me faisant elle jamais défaut, j’ai déjà les pieds endoloris par mes tribulations de la veille (maman m’avait pourtant bien dit de prendre une paire de baskets). Qu’importe, lever à la hâte à 6h30 pour la séance de Saint Laurent à 8h30. Tellement au taquet que c’est devant un Grand Palais vide que j’accours à la hâte, persuadée d’être déjà un peu en retard. Je prends donc place tranquillement dans la file, dans le wagon de tête.

Pour accéder à la salle du Grand Thêatre Lumière, nous devons passer sur les marches officielles (vous savez, les rouges là) et même à 8h du matin, ben ça pue un peu la classe. La salle est tout simplement immense, et toute en pente ce qui donne une sensation légèrement vertigineuse. S’en suit donc une séance de 2h30 d’un film que j’aurais finalement mieux fait de louper, mais ne boudons pas son plaisir de voir un film en compétition et dans un cadre aussi sympa. Qui sait, j’ai peut-être vu la Palme d’Or ce matin…

Gaspard Ulliel

Gaspard Ulliel.

Tranquillement, je me dirige ensuite vers la séance de rattrapage de Captives, ayant avalé vite fait un panini, qui permet à mon estomac de ne plus s’auto-digérer. Dans l’espoir de rattraper enfin l’un de mes favoris, ce n’est qu’avec une immense déception que je repars assez vite, refoulée comme quelques dizaines de personnes, aux portes de la projection. Captives c’est raté pour Cannes, on se voit au ciné.

Après avoir poireauté pendant 2-3 heures, je m’en vais patienter pour la prochaine séance, The Disappearance of Eleanor Rigby. Drame sentimental et magnifiquement interprété, j’en ressors charmé mais sans avoir trop le temps de cogiter car il s’agit maintenant d’attraper la prochaine séance, à la Semaine de la Critique, It Follows.

 

Changement total de registre avec ce film d’horreur à la Shining, ultra efficace. C’est sur ces joyeusetés que je rentre tôt pour pouvoir écrire mes critiques et ces quelques lignes…

Submit a Comment