Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | August 25, 2019

Scroll to top

Top

No Comments

Fury (2014)

Chalisbury
  • On November 3, 2014
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
7

Appétissant

Sortie (France) : 22 octobre 2014

Habitué des polars, bons ou mauvais, David Ayer s’essaye cette fois au film de guerre avec Fury. Essai transformé.

Fury suit le parcours d’un petit groupe de soldats américains, embarqués dans le tank du même nom, sillonnant l’Allemagne Nazie, dans les dernières heures de la Seconde Guerre Mondiale. Fury nous immerge au cœur du conflit, dans la vie de ces soldats, emmenés par le sergent Wardaddy, joué par Brad Pitt. Celui-ci est exceptionnel, comme d’habitude, et se complaît dans cette figure du modèle, du patriarche, un peu trop similaire à son rôle dans Inglourious Basterds, l’ironie et l’humour en moins. A ses côtés, le jeune Logan Lerman, très connu auprès du jeune public, pour son rôle de Percy Jackson, se sort avec brio de son carcan et trouve ici un rôle qui lui va comme un gant et qui, on l’espère le propulsera vers une longue carrière. Shia Labeouf est égal à lui-même et confirme son talent et son intensité. Toujours aussi habité, on aimerait juste le voir verser un peu moins de larmes…

fury

A leurs côtés, Jon Bernthal et Michael Peña ne sont pas en reste, et tout ce groupe fonctionne à merveille, transformant une bande de soldats abimés en vrais frères d’armes. Le film fonctionne comme un parcours (du combattant) initiatique pour le personnage de Lerman, jeune dactylo débarqué au milieu de ce groupe soudé, et chargé de remplacer l’un des membres de la « famille » mort au combat. Au-delà du pur film de guerre, c’est donc une histoire humaine qui se joue et l’évolution du personnage happé par cette violence indéfinissable et l’obligation de tuer pour survivre.  C’est d’ailleurs ce qui surprend un peu de prime abord, cette volonté du réalisateur de privilégier les échanges et les moments suspendus, plutôt que les combats. En cela, impossible de ne pas faire de parallèle entre Fury et Il Faut Sauver le Soldat Ryan, tant les similitudes sont évidentes. Tout en ayant sa propre identité, Fury réussi à allier émotion et action comme le fit son prédecesseur, même si on reste un peu sur sa faim en termes de combats, là ou le Soldat Ryan se concluait de façon plus épique et ambitieuse.

logan lerman fury

Du reste, les scènes d’action sont très bien mises en scène, et malgré l’étroitesse du char et le côté huis-clos inévitable, on assiste à des duels et des affrontements hommes/machine époustouflants. Petit bémol sur la surdose de gore, destinée à faire prendre conscience des atrocités du combat, mais qui semble juste asséner un refrain que l’on connaît trop bien : « la guerre, c’est mal ». On pourrait également reprocher au film un excès de sentimentalisme, caractérisé entre autres, par les larmes incessantes de LaBeouf et ses quelques versets bibliques, où par une rencontre amoureuse impromptue et à l’issue un peu facile. Cependant, on se laisse facilement emporter par le jeu des acteurs, et les liens fraternels qui se tissent entre les personnages, d’où l’importance cruciale d’un casting qui fonctionne…

Cherchant à trop bien faire, Fury ne prend pas énormément de risques et se repose souvent sur les codes qui ont fait le succès de ses prédécésseurs (barbarie, sacrifice, héroïsme…). Il n’en reste pas moins un excellent film de guerre, dans la lignée des plus grands classiques.

Synopsis :

Avril 1945. Les Alliés mènent leur ultime offensive en Europe. À bord d’un tank Sherman, le sergent Wardaddy et ses quatre hommes s’engagent dans une mission à très haut risque bien au-delà des lignes ennemies. Face à un adversaire dont le nombre et la puissance de feu les dépassent, Wardaddy et son équipage vont devoir tout tenter pour frapper l’Allemagne nazie en plein cœur…

Submit a Comment