Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | November 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Le vénérable W. (2017)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
8

Savoureux

Sortie (France) : 7 juin 2017

Barbet Schroeder retrace le déchirement de la Birmanie, où la peur et la haine de l’autre nourrissent la montée du nationalisme depuis plusieurs décennies. Sans oublier d’effectuer une fin parallèle avec notre propre perception des minorités en France.

“La haine est certainement le plus durable des plaisirs”. Ainsi débute Le Vénérable W., qui déconstruit le présupposé selon lequel la religion bouddhiste serait la seule religion à n’avoir point succombé à l’extrémisme. En réalité, la communauté Rohingya en Birmanie est victime d’une oppression telle, que certains évoquent le génocide, le tout instigué par un mouvement de moines bouddhistes nationalistes, et leur meneur, Wirathu.

Barbet Schroeder Le Vénérable W

Barbet Schroeder alterne différents points de vue. Tout d’abord celui de Wirathu qui décrit les violences perpétrées par la communauté musulmane en Birmanie. Toute personne non familière avec le sujet écoute sans discuter les affirmations de ce moine. Puis viennent les témoignages suivants… et notre point de vue se nuance, jusqu’à comprendre qui sont les véritables persécuteurs. Les écrits bouddhiques, évoquant l’amour et la tolérance, s’affichent de temps en temps à l’écran comme un rappel de l’ironie de la situation, tandis que Wirathu, pas si vénérable, explique à demi-mots qu’il faut conserver la pureté du sang birman.

La description de la propagation des violences en Birmanie répond à notre compréhension progressive de ce qui se trame devant nos yeux et dans le monde. Avant même que les mots “une nation où la race est liée à la religion” ne soient proférés, nous avons compris que l’histoire se répétait : en France, aux Etats-Unis, partout.

Barbet Schroeder Le Vénérable W

Nul besoin d’être habité des pires intentions, car la haine et le racisme se dissimulent sous un habit d’intentions louables pour tromper ses meilleurs soldats. Barbet Schroeder signe ainsi un petit brûlot fort et intemporel, qui vient clôturer sa “Trilogie du mal”.

Synopsis

En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent.

 

Submit a Comment