Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | October 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Atomic Blonde (2017)

Sofiane
  • On August 25, 2017
  • https://leblogdesofiane.wordpress.com/

Review Overview

Note
4

Fadasse

Sortie (France): 16 août 2017

Les mots “films d’action” et “femmes” connaissent une alliance à sens unique dans la majorité des films. La femme est un véhicule à clichés éculés tout juste bonne à flinguer les plans du héros ou alors un partenaire un peu en retrait dans la majorité des films. Rares sont les oeuvres à inverser ce rapport de force, Atomic Blonde entend proposer un pas dans cette direction.

Tiré d’un roman graphique appelé The Coldest City qui fut jusque récemment le titre du film, Atomic Blonde propose un univers pop à souhait avec une ambiance intéressante. Se déroulant quelques mois avant la destruction du mur de Berlin, le film joue sur la nostalgie en s’appuyant sur une bande son remarquable (si l’on aime les années 80 s’entend). La patte graphique affiche des effets rappelant Frank Miller et sa Sin City glauque et baignée dans un univers nocturne. Dans ce contexte, Charlize Theron incarne un agent du MI6 chargée de retrouver une mystérieuse liste contenant les noms d’agents sous couverture.

Le classicisme de l’intrigue enferme le film dans un jeu piste sans véritable twist inattendu ou tension finale. La clé du film réside dans les scènes d’actions où Charlize Theron déploie une violence stupéfiante de réalisme. En effet, la volonté du réalisateur se traduit par une utilisation du plan séquence  intéressante qui place les scènes de bagarre dans un cadre particulièrement borderline. Débordant d’hemoglobine, l’héroïne n’est pas épargnée par les coups et blessures en tout genre au cours de nombreuses luttes à main nues et courses poursuites. Paradoxalement, cette situation qui rendait un James Bond humain dans Casino Royale est ici une faiblesse d’écriture tant l’héroïne est peu charismatique et nous tient à distance. On se sent étranger de ses pérégrinations tant les personnages sont peu développés et/ou charismatiques. Pourtant le casting affiche des pointures John Goodman et James McAvoy en tête qui ne parviennent pas à relever le niveau d’un film d’une platitude décevante.

Atomic Blonde se place en film d’action et d’espionnage mais se révèle être un miroir des films de l’univers de Ian Flemming car on y retrouve les codes de l’agent 007 (avec un agent féminin). Cependant, là où Bond parvient à faire naître en un instant un charisme et un style qui habille l’écran, la blonde atomique se révèle être un pétard mouillé qui s’éteint sans s’être vraiment allumée.

Au final, Atomic Blonde a la froideur qu’affiche son Berlin poissé et un manque d’envergure qui en font une oeuvre totalement dispensable.

Synopsis

À Berlin, en 1989, Lorraine Broughton, une espionne, est chargée d’enquêter sur le meurtre d’un agent infiltré du MI6 alors que le mur de Berlin s’apprête à être détruit.

Submit a Comment