Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | November 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Fortunata (2017)

Fortunata (2017)
Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
5

Comestible

Sortie (France) : prochainement

Présenté en sélection Un Certain Regard, le nouveau Sergio Castellitto hésite entre le feel good movie et le mélo poisseux.

Un rayon de soleil éclaire la Croisette ; elle s’appelle Fortunata. Chronique d’une mère célibataire (Jasmine Trinca) aux prises avec son entourage dysfonctionnel, Fortunata foisonne de couleurs et d’émotions. On s’attache à cette poignée de personnages adorables, détestables ou drôles. Jasmine Trinca, lumineuse en Antigone version cagole italienne, collectionne les abrutis tout en gérant une gamine à problèmes et force l’admiration malgré des choix de vie désastreux.

Fortunata Sergio Castellitto

Mais quelque chose dérange dans les films de Sergio Castellitto. Serait-ce sa tendance à créer des héroïnes fortes pour leur faire subir les pires comportements masculins, ou sa propention à les sexualiser à l’image, ou encore son réel problème avec la notion de consentement (dans Venuto al mondo comme dans Fortunata, l’héroïne résiste à une agression sexuelle puis se laisse faire avec bonheur, avant de sortir avec le type) ? Fortunata se veut émancipateur et y parvient en partie. Mais les marottes du réalisateur, tout comme sa propension à en faire trop, injectent un aspect kitsch, voire cliché, à des films autrement voués à de belles choses.

Synopsis

Fortunata a une vie tourmentée, une fille de huit ans et un mariage raté derrière elle. Elle est coiffeuse à domicile, vit en banlieue, traverse la ville, entre dans les appartements bourgeois et colore les cheveux des femmes. Fortunata se bat tous les jours avec une détermination farouche pour réaliser son rêve : ouvrir un salon de coiffure et prendre en main son destin, conquérir son indépendance et son droit au bonheur. Fortunata sait que pour aller au bout de ses rêves, il faut de la persévérance : elle a pensé à tout, elle est prête à tout, mais elle n’a pas pris en compte la variable de l’amour, la seule force perturbatrice capable de faire vaciller toutes ses certitudes. Aussi parce que, pour la première fois peut-être, quelqu’un la regarde telle qu’elle est et l’aime vraiment.

Submit a Comment