Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | July 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Compliance (2012)

Compliance (2012)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 2/10

Compliance est un gâchis. D’un fait divers quasi impensable, qu’il aurait pu s’approprier brillamment, Craig Zobel sort une adaptation d’un ennui mortel, dénuée d’intelligence.

SYNOPSIS

Lors d’une journée particulièrement chargée, Sandra, gérante d’un fast-food d’une banlieue de l’Ohio reçoit l’appel d’un policier accusant l’une de ses employées d’avoir volé un client. Le croyant sur parole, Sandra place Becky sous surveillance, entrant ainsi dans une situation qui va bientôt tous les dépasser.

CONS-PLIANTS

Le seul bénéfice de ce film est l’horreur qu’il provoque lorsque nous réalisons qu’il existe des gens aussi cons dans la vie que dans ce film. Car celui-ci est basé sur des faits réels. Mis à part ce point, qui ne manque pas de provoquer un profond malaise, la quasi intégralité du film est extrêmement irritante de par son absence de subtilité.

Spoiler »

Là où ça commençait très mal pour moi, c’est que certains abrutis finis critiques ne se privent pas de révéler que le flic en est un faux, sous prétexte que “c’est une évidence dont le réalisateur ne fait pas un secret”. Donc déjà, premier tiers du film plus ou moins gâché pour ma part.

Toute la difficulté ici consistait à rendre cet invraisemblable épisode plausible. Les arguments du manipulateur auraient dû être si bien amenés que le spectateur lui-même avait des doutes sur la bonne démarche à suivre. Que nous nous sentions également sous son influence, et que nous adhérions presque à ce choix d’obéissance coûte que coûte ; une atmosphère que le Funny Games de Michael Haneke réussit pourtant à créer de son côté.

compliance le film

Malheureusement, les personnages suivent bêtement les ordres d’un policier qu’ils n’ont eu qu’au téléphone (non mais ALLO), sans avoir la présence d’esprit de remettre en question son autorité ou sa crédibilité qui est pourtant mise à rude épreuve. Si la victime, en position délicate, est incapable de dire non (ce qui est déjà excessivement agaçant), la frustration est à son comble lorsqu’ils se repassent tous le téléphone à tour de rôle, sans se faire de feed-back sur les horreurs qui leurs sont exigées et sans songer à prendre une seule décision requérant un cerveau (ou une paire de testicules).

Durant l’intégralité du visionnage, je me suis donc répété sans fin : CE FILM EST COMPLÈTEMENT CON (pardon).

Spoiler »

Une seule séquence est rendue crédible : celle du dérapage de Van, car l’on voit bien que finalement, il a compris ce qui se tramait : il le fait non par obéissance, mais parce qu’il se prête à un jeu de pouvoir malsain qui l’excite malgré tout.

En bref, un film qui aurait pu tourner au chef-d’oeuvre, eût-il été réalisé proprement. Entre ennui et agacement, le tout saupoudré d’un malaise omniprésent, Compliance va te faire passer un sale moment.

Submit a Comment