Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | July 28, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Festival de Cannes 2013 – Palmarès

Festival de Cannes 2013 – Palmarès
Stéphanie Valibouse

Nous faisions nos pronostics hier ; voici le palmarès définitif des films en compétition au 66ème Festival de cannes. Comme beaucoup de gens, on avait vu juste pour La vie d’Adèle qui s’est imposé en maître et a balayé la compétition dès sa première diffusion. Comme prévu également, Tel père, tel fils a réchauffé le coeur du Jury qui lui accorde son prix :

  • Palme d’or : La vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche
  • Grand Prix : Inside Llewyn Davis, de Joel et Ethan Cohen
  • Prix du Jury : Tel père, tel fils, de Hirokazu Kore-eda
  • Prix d’interprétation masculine : Bruce Dern pour Nebraska d’Alexander Payne
  • Prix d’interprétation féminine : Bérénice Béjo pour Le Passé d’Asghar Farhadi
  • Prix de la mise en scène : Heli d’Amat Escalante
  • Prix du scénario : Jia Zhang Ke pour A touch of Sin
  • Caméra d’Or : Ilo Ilo de Anthony Chen (Quinzaine des réalisateurs)

Manque de bol, sur les 7 primés en compétition officielle figurent deux des rares que nous n’avons pas vus : Nebraska et Inside Llewyn Davis. Ce dernier a bien été récompensé comme nous le pressentions… Il y a également deux des oeuvres que nous avons détestées : Heli, et A touch of Sin.

Michael Douglas repart bredouille malgré sa prestation mémorable dans Behind the Candelabra (Mads Mikkelsen aussi mais comme il a été récompensé l’an dernier, il doit être moins contrit). Bérénice Béjo mérite son prix d’interprétation pour une performance moins remarquée mais plus qualitative, peut-être, que celle de Marine Vacth.

le passé bérénice béjot

Le prix de la mise en scène est peut-être celui qui nous laisse le plus perplexe. Malgré certaines qualités, Heli est loin du niveau de La Vénus à la fourrure ou de Only lovers left alive. Polanski aurait-il été évincé pour des raisons politiques ? Les vampires ne sont-ils pas au goût de Nicole Kidman qui aurait, selon la rumeur, quitté la salle ?

Quoiqu’il en soit, on apprécie tout de même la variété de ce palmarès qui a le mérite de récompenser des films venus de tous continents, et on applaudit, une fois de plus, le choix de Steven Spielberg pour cette palme d’or hautement symbolique.

Submit a Comment