Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | November 20, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Grigris (2013)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
6

Plaisant

Sortie (France) : 28 août 2013

Comme toujours, la sélection à Cannes représente bien pauvrement le continent africain. Cette année encore, seul un film s’est hissé en compétition : Grigris, une oeuvre trop conventionnelle mais touchante qui ne manque pas d’aborder les problèmes du Tchad sans sombrer dans le misérabilisme.

Difficile de ne pas se laisser tenter par un traitement sordide de son sujet lorsque l’on traite de la descente aux enfers d’un jeune africain qui, par besoin d’argent, se retrouve impliqué dans les activités de contrebande qui prospèrent dans la région. Pourtant, Grigris est un film traitant avant tout d’espoir, avec son héros infatigable en quête perpétuelle de solutions.

souleymane démé grigris

Grigris repose sur deux piliers forts : les trafiquants d’essence que Haroun a suivis en personne il y a quelques années afin d’en faire le cœur de son film, et Souleymane Démé, jeune danseur handicapé que le réalisateur rencontre en 2011. C’est autour de ces deux éléments qu’il construit Grigris, lui conférant une identité forte, portée essentiellement par son personnage principal, aidé de la charmante Anaïs Monory.

Son défaut découle peut-être de cette nature légère, en dépit des nombreux sujets graves ou tabous abordés : la prostitution, la contrebande, les règlements de compte mafieux, la violence, l’exclusion sociale, la maladie et la misère. Car on en sort avec cette impression d’avoir vu un film un peu simplet, avec deux héros attachants certes, mais dont les péripéties n’amènent aucune émotion forte, aucune réelle inquiétude pour leur devenir.

grigris et mimi

Ce qui est appréciable en revanche est son message fort en faveur de l’émancipation féminine au Tchad, son ambiance chaleureuse à grand renfort de paysages colorés et de belles atmosphères nocturnes. On remarque les scènes de danse impressionnantes menées avec brio par l’acteur-danseur qui a su faire de son handicap un atout, et qu’on espère revoir dans d’autres rôles à l’avenir.

Un drame social, donc, mais au dynamisme imparable, suggérant une bonne humeur qui tranche avec les nombreuses œuvres contemplatives ou lentes de la compétition cannoise cette année.

Synopsis

Alors que sa jambe paralysée devrait l’exclure de tout, Grigris, 25 ans, se rêve en danseur. Un défi. Mais son rêve se brise lorsque son oncle tombe gravement malade. Pour le sauver, il décide de travailler pour des trafiquants d’essence…

Comments

  1. Pas vraiment convaincu. En dépit du beau personnage-titre, Grigris raconte une histoire beaucoup moins forte que le très beau Un homme qui crie, et peine à vraiment nous convaincre. Ma critique : http://tedsifflera3fois.com/2013/06/11/grigris-critique-cannoise/

Submit a Comment