Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | March 29, 2017

Scroll to top

Top

4 Comments

Heli (2013)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Insipide
3

Insipide

Sortie (France) : bientôt

Amat Escalante n’est pas étranger au Festival de Cannes puisque Sangre et Los Bastardos avaient été sélectionnés pour Un Certain Regard à leur époque. Aujourd’hui, c’est la Palme d’Or que le réalisateur brigue, avec Heli en sélection officielle. 

Les toutes premières secondes d’Heli évoquent la censure ou la rage impuissante. Si cette première aura peu d’écho dans le film, c’est bien la seconde qui domine, à plusieurs égards, son héros. Un choix étrange, évangélique, que seul rappelle un chapelet solitaire suspendu au rétroviseur d’une voiture, se détachant sur un ciel enchanteur mais porteur de lourdes promesses. Comme son homonyme biblique, Heli pâtira de son manque de rigueur envers les fautes de ses proches.

heli amat escalante

Quant à nous, nous souffrirons de l’ennui profond dû à un cruel manque de rythme. Heli peine à démarrer, ne nous maintenant intrigués que par une sorte de double intrigue : d’une part, cette vie de famille paisible – bien que criblée de problèmes propres au Mexique – et d’autre part, l’entraînement policier particulièrement éprouvant auquel l’un des personnages est confronté au quotidien. Escalante ne distille pas le malaise, dénonçant simplement à l’envi, et préfère frapper un grand coup, nous bousculant au milieu du film pour quelques scènes d’une violence rare – pour mieux nous replonger dans une attente engourdissante.

À l’instar de son personnage principal, Heli est mou, mais sait blesser mortellement dès lors qu’il se réveille. Malheureusement, ces stimuli poussent la provocation bien trop loin, et de manière complètement gratuite, en atteste une scène de torture à peine soutenable. Dommage qu’il en fasse trop, car au demeurant, Escalante mesure les contrastes avec intelligence : enfance, mort, religion, famille, douleur et amour se côtoient dans Heli comme de vieilles connaissances.

heli escalante

L’atmosphère, si elle demeure soporifique, est elle aussi intéressante, renforcée par une photographie agréable. L’on pourrait se laisser charmer par le destin de ce héros s’il n’y avait pas son manque de charisme, et l’on se laisse parfois emporter par le doux silence du désert mexicain, mais l’ennui est bien là, et la douleur aussi. Un film où la vengeance est un hurlement silencieux.

Synopsis

Au Mexique, la famille d’Estela, une jeune fille de 12 ans est prise dans un engrenage de violence lorsque celle-ci tombe amoureuse d’un  jeune policier impliqué dans un détournement de drogue.

Comments

  1. Je trouve Heli, juste, froid et direct. Cette vision du mexique est malheureusement réelle et terriblement moderne. Les cadre, les plans des payasages et la nuit sont filmés dans la droite ligne de l’école mexicaine et c’est un bonheur pour les yeux. Cette violence dénonce, montre, se justifie pour que cette réalité ne soit pas oubliée, ces hommes oubliés, ce malheur banalisé. Allez voir Heli!

Submit a Comment