Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | September 26, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

United States of Tara (2009)

United States of Tara (2009)
Stéphanie Valibouse

Me, Myself and I

Ma note : 8/10

Tara est atteinte d’un trouble typiquement présent dans la culture américaine : le trouble de la personnalité multiple. Régulièrement, plusieurs personnalités entièrement différentes s’alternent, ces changements souvent provoqués par une situation de stress. Ainsi, Tara est mère de famille et artiste dans l’âme, mais se métamorphose à tour de rôle en adolescente rebelle (T.), en femme au foyer exemplaire des années 50 (Alice) ou encore en redneck vétéran du Vietnam (Buck).

La série se focalise sur les conséquences de ces changements sur sa vie de famille : ses proches, pourtant habitués, se retrouvent face à des situations difficiles à gérer car ces personnalités alternatives ont toutes un sacré caractère… ainsi, son mari et ses deux enfants doivent gérer les virées alcooliques ou amoureuses de Buck, et les caprices de T. et Alice. Lorsque Tara revient, elle se réveille dans des endroits inconnus et n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé.

Une des quêtes de Tara sera de découvrir quel événement traumatique de son enfance a bien pu provoquer ce trouble.

Cette série est intéressante et traite d’un sujet peu abordé à la télévision : il est effectivement difficile d’accès, cette maladie ayant toujours rencontré des problèmes de pertinence et étant difficilement étayé de preuves tangibles. Le DSM-IV (indice de classification des troubles mentaux) l’a d’ailleurs renommé Trouble Dissociatif de la Personnalité, qui diffère quelque peu. D’autre part, elle semblait n’exister qu’aux Etats-Unis, où elle a fait l’objet de nombreux excès, notamment dans le domaine de la justice.

Les scénaristes ont pourtant pris le parti de traiter le trouble de Tara comme une véritable maladie à part entière, ainsi que l’incompréhension et le scepticisme en découlant de la part de l’entourage. La première saison est excellente, en grande partie grâce au jeu impeccable de Toni Collette qui alterne les personnalités avec brio. La deuxième met beaucoup d’emphase sur la quête des causes de ce trouble. J’ai personnellement moins aimé la dernière, malgré de nombreux rebondissements, car elle manquait en crédibilité, mais l’ensemble de la série est vraiment agréable et réussit à rester léger.

A voir donc, pour changer des séries policières et autres : un petit bijou d’originalité !

Submit a Comment