Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | July 23, 2017

Scroll to top

Top

4 Comments

Triangle (2009)

Triangle (2009)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 9/10

Triangle fait partie de ces petites perles d’horreur passées inaperçues au profit de grosses productions beaucoup moins intéressantes (mais probablement plus accessibles au grand public). Il est donc sorti en Direct-to-DVD sans passer par la case grand écran en France, ce qui est un scandale un peu agaçant lorsque l’on voit certaines bouses distribuées en salles.

Synopsis

Un groupe de connaissances partis en croisière deviennent naufragés après avoir essuyé une tempête. Ils se réfugient à bord d’un mystérieux paquebot fantôme, sur lequel les règles du temps semblent bouleversées… et où les évènements prennent régulièrement une tournure de déjà-vu.

Éole et le mythe du Sisyphe moderne

Comme il serait un crime de spoiler ce film, je me contenterais de le rapprocher de sa thématique principale, ce tourbillon temporel effrayant qui ne semble avoir ni but, ni terme. Si nous savons ce qui nous attend, pouvons-nous modifier le cours événements afin de se sortir de cette boucle infinie ? Ou nos actions n’ont-elle que vocation à confirmer ce destin, nous enfonçant inexorablement dans une effroyable redondance ?

Tout le long du film, Christopher Smith nous tient ainsi en haleine, suspendus au destin de son héroïne incarnée par la fragile Melissa George, Sisyphe des temps modernes, traquée par son passé, torturée par le présent et incapable de retrouver un futur.

Car c’est bien un Sisyphe revisité que nous offre le réalisateur, et nous n’en réalisons toute l’ampleur qu’à mesure des évènements rythmant admirablement les aventures de nos naufragés à bord du vaisseau Aeolus. Aeolus, Éole donc, Dieu des vents et régisseur des conditions climatiques… et des tempêtes… oh wait ! ça te dit quelque chose ?

Quant à ce bon (?) Sisyphe, nous nous rappellerons de son inexorable destin : condamné par Zeus pour une raison généralement inconnue, il est contraint de pousser un lourd rocher en haut d’une montagne, sans jamais y parvenir tout à fait, et forcé de recommencer, encore, et encore… Cet éternel recommencement représente l’essence même du destin tragique de Sisyphe, qui est associé, selon les sources, au phénomène des marées et au mouvement des vagues (tiens tiens, encore la mer).

L’héroïne de Triangle incarne donc la représentation d’un des personnages les plus malheureux de toute la mythologie gréco-romaine. Soit.

Considérations mythologies mises à part, l’on admirera une mise en scène qui n’est sans doute pas sans failles, mais reste remarquable de précision, nous maintenant fascinés et angoissés. Certains affirmeront que Smith, avec ses gros sabots, prend le spectateur pour un con, insistant bien sur la redondance des évènements afin de nous faire comprendre le principe du film – et si ce n’était qu’une mise en exergue pour nous faire vivre ce que les personnages ont à subir ?

Pour conclure, on appréciera un twist final assez effrayant qui te fera sortir delà un peu soulagé d’avoir échappé à l’emprise du film.

N.B. : les fans de The X-Files reconnaîtront une similarité à l’épisode Triangle de la saison 6 traitant d’un vaisseau fantôme, soumis à ses propres dérives temporelles…

Comments

  1. J’ai adoré également ce film, dont on avait d’ailleurs parlé dans Podsac à nos débuts. Et en plus, je suis fan de Melissa 🙂

  2. Une vraie perle comme tu dis. Basé sur une narration brillante, complexe et ambitieuse, Triangle est ce genre de film casse-tête et passionnant, qu’il voir et revoir pour en comprendre toute la subtilité. Mis en scène avec un sens du suspens assez incroyable et porté par une Melissa George remarquable, ce long métrage honteusement inédit en salle est un beau chef-d’oeuvre du fantastique, à la fois terrifiant, troublant et émouvant.

  3. Rena

    Un très grand film. Christopher Smith est un gars a surveiller, d’ ailleurs son black death est tout simplement genialissime.

Submit a Comment