Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | March 29, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Top 10 films : Chalisbury

Chalisbury
  • On September 2, 2013
  • http://www.evablanchard.fr

Après des semaines d’indécision, voici donc mon Top 10 all times. Que celui-ci reste à jamais gravé sur l’Internet comme témoignage de mon passage cinématographique sur Terre. Enjoy ! 

1- Twister

twister

Jan De Bont à la réalisation, Michael Crichton au scénario, une B.O emmenée par Van Halen et un certain Steven Spielberg à la production. Que vous dire d’autre ? Twister est LE film catastrophe par excellence, et le plus abouti en termes d’effets spéciaux. Plus connu pour son travail de directeur photo, De Bont apporte une touche particulière au film et à la mise en scène. Tout est minutieusement étudié et orchestré, rythmé par l’apparition de tornades de plus en plus fortes. On pourra reprocher au film un scénario assez prévisible, mais il n’en reste pas moins un régal visuel qui mériterait largement une ressortie sur grand écran. A bon entendeur…

2- Jurassic Park

jurassic park steven spielberg

Vu une première fois sur petit écran quelques années après sa sortie (je n’avais que 6 ans en 1993…) j’ai pu profiter de ce chef d’œuvre sur grand écran lors de sa nouvelle sortie en mai 2013. Car les dinos ne passent jamais de mode, c’est toujours un grand plaisir de dévorer cette œuvre magistrale de science-fiction (je ne sais pas vous, mais la scène de la cuisine est au sommet de mon top « scènes cultes »). Au-delà de l’aspect évident «  blockbuster », la thématique de la science en conflit avec la morale et l’évolution naturelle, en fond une œuvre riche et intemporelle, toujours d’actualité 20 ans plus tard.

Critique complète par ici

3- Week end en famille

holly hunter robert downey jr week end en famille

Second film de Jodie Foster en tant que réalisatrice, Week-end en Famille (Home for the Holidays) est une petite comédie bien américaine, assez méconnu en France mais qui vaut son pesant d’or. On y retrouve la fantastique, talentueuse, magnifique (en toute objectivité) Holly Hunter, en vacances chez sa famille pour Thanksgiving, durant lesquelles évidemment, rien ne se passera comme prévu. C’est beau, sans prétention, savoureux, drôle et très bien joué. On y retrouve également le tout jeune Robert Downey Jr., et ça aussi, ça vaut de l’or…

4- Matrix

morpheus matrix wachowski

Véritable révolution du cinéma d’anticipation, Matrix est un chef d’œuvre, fruit d’années de travail et collaboration entre les frères Wachowski et le producteur Joel Silver. Les thématiques abordées et les symboles sont tellement multiples qu’on ne peut que saluer un travail d’une telle complexité. L’informatique, l’intelligence artificielle, l’omniprésence de la technologie, l’évolution, la virtualité, autant de thèmes qui ont un écho particulier à l’aube des années 2000. Reloaded et Revolutions viendront clore le parcours initiatique de Néo en un tourbillon d’effets spéciaux et de personnages  tous plus emblématiques les uns que les autres (à noter la présence inoubliable de Lambert Wilson, Mérovingien détestable et charmant à la fois). Je passerai sur le fantasme évident sur la personne de Keanu Reeves, qui voit avec le film sa côte de popularité s’envoler…

5- Mystic River

Critique par ici.

6- Erin Brockovich

erin brockovich soderbergh julia roberts

Récompensée par un Golden Globes, un Bafta et l’Oscar de la Meilleur Actrice en 2001, Julia Roberts joue ici son plus grand rôle (et Steven Soderbergh certainement son meilleur film). Julia Roberts habite le film et offre un personnage haut en couleur, à la personnalité complexe, à la fois mère, militante et engagée dans une cause qui la dépasse. Le principe du « David contre Goliath » n’est pas une première au cinéma (L’Affaire Pélican, Philadelphia, Le Maître du Jeu, Le Droit de Tuer…) mais la nouveauté, c’est bien l’aspect féministe, de cette femme exemplaire que la malchance poursuit, et qui, « seule contre tous », poursuit son combat malgré tout. L’histoire me touche, le dénouement me bouleverse et le courage de cette femme hors du commun me stupéfie. Girl Power.

7- Kill Bill I & II

kill bill tarantino uma thurman

J’ai choisi de ne pas dissocier ces deux films car en plus d’avoir été tournés en une seule fois, ils se complètent et forment un récit initiatique et une quête qui ne peut être divisée. Kill Bill est selon moi l’aboutissement total du style Tarantino, mêlant sa technique et les références aux films de kung-fu qu’il apprécie tant (mais aussi western, animés japonais et autres films gore…). La perfection de l’œuvre est le fruit d’un long travail scénaristique, étalé sur plusieurs années, en collaboration avec Uma Thurman. Quentin Tarantino ne voulait personne d’autre pour le rôle et on le comprend bien, tant celle-ci se révèle irremplaçable, parfaite dans l’action comme dans l’émotion. Du grand Quentin.

8- Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes.

rooney mara daniel craig millenium fincher

Même si la comparaison avec la première adaptation suédoise du livre de Stieg Larsson est inévitable, la version américaine réalisée par David Fincher reste d’après moi, légèrement supérieure. Mis à part sa mise en scène et des personnages assez similaires à leurs prédecesseurs, Fincher ajoute ce petit plus qui fait de lui un de mes réalisateurs favoris. Grand perfectionniste et particulièrement attaché à la lumière et la photographie, il rend son film visuellement beau et glaçant (le plan sur la propriété des Vanger sous la neige est absolument magnifique…), côté esthétique qui nous manque dans la version suédoise, plus attachée au développement de l’intrigue. Sans oublier la musique de Trent Reznor, superbement mise en valeur dans un sublime générique, touche finale parfaite d’un film nerveux et tendu.

9- V pour Vendetta

v pour vendetta hugo weaving

Les Wachowski frappent encore et signent le scénario de V pour Vendetta, film d’anticipation puissant sur le pouvoir, la justice, le terrorisme, la rébellion, la vengeance, la liberté. Le film est assez similaire à un autre de mes coups de cœur, trop méconnu, Equilibrium, qui posait déjà les bases d’un futur annihilé et totalitaire où les émotions étaient refoulées (comme le sont les œuvres d’art et la culture dans V…). Rarement un film ne m’avait autant fasciné, dérangé et perturbé. Natalie Portman est transcendée (comme s’il fallait encore démontrer ses talents d’actrice…) et Hugo Weaving multiplie les tirades et les émotions, même caché derrière ce masque devenu si célèbre. V pour Vendetta est un récit lyrique et passionné, une poésie tourmentée sur la question du bien et du mal et la fine frontière entre les deux.

10- Shining

the shining kubrick nicholson

Last but not least. Loin d’être une inconditionnelle du travail de Kubrick, Shining reste une œuvre de référence pour tout amateur du cinéma d’épouvante. Tout y est terrifiant et la bande son n’arrange rien. La force du film réside principalement dans la suggestion et la lenteur des événements : l’atmosphère oppressante de ce grand hôtel improbable s’installe progressivement et la folie qui s’empare de Jack Nicholson n’atteindra son apogée qu’a la fin du film. Là ou L’Exorciste misait beaucoup sur ces effets spéciaux et une histoire de possession assez classique, Shining surpasse le genre en exploitant les décors et l’atmosphère du lieu au maximum. La mise en scène sobre et froide et un minimum de dialogues, prouve que l’on peut terrifier sans en faire forcément des tonnes…

Submit a Comment