Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | July 22, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Les femmes du bus 678 (2012)

Les femmes du bus 678 (2012)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 9/10

Quelques semaines après la montée du hashtag #harcelementderue sur Twitter et de nombreux articles soulevant ce problème omniprésent demeurant malheureusement globalement une impasse, j’ai vu Les femmes du bus 678. S’appuyant sur des faits réels et notamment le premier procès pour harcèlement sexuel en Egypte en 2008, le premier long-métrage de Mohamed Diab nous plonge avec justesse dans un phénomène de société pourtant tabou – même en France – et complexe à aborder.

SYNOPSIS

Fayza, Seba et Nelly, trois femmes d’aujourd’hui, aux vies totalement différentes, s’unissent pour combattre le machisme impuni qui sévit au Caire dans les rues, dans les bus et dans leurs maisons. Déterminées, elles vont dorénavant humilier ceux qui les humiliaient. Devant l’ampleur du mouvement, l’atypique inspecteur Essam mène l’enquête. Qui sont ces mystérieuses femmes qui ébranlent une société basée sur la suprématie de l’homme ?

FAITS EXCLUSIVEMENT REELS

Premier procès pour harcèlement sexuel en Egypte (affaire Noha Rushdi) : Mohamed Diab est dans la salle, témoin des moqueries de l’avocat de la défense de l’agresseur envers la victime. Marqué par cette scène, il décide d’en faire un film afin de faire comprendre aux hommes ce que les femmes vivent en Egypte. Le sujet et si délicat qu’il doit par la suite faire face à plusieurs procès (qu’il gagnera en intégralité).

Sans sombrer dans le pathos ni le féminisme acharné, il dépeint sans clichés les regards, sourires et attouchements dont les femmes égyptiennes font quotidiennement l’objet ; que ce soit dans la rue, dans le bus ou dans un stade de foot. Toutes les agressions sont basées sur des faits réels, témoignages d’agresseurs recueillis par le réalisateur. Sans être crues, et sans exagération volontaire, ces scènes criantes de réalisme ne sont que secondaires et servent le sujet principal du film qui est cette révolte amorcée par trois femmes de conditions sociales différentes, réunies par leur volonté seule de ne plus se laisser faire.

Do you know what any girl needs most from a man ? Security. And I can no longer feel it.

Un des aspects les plus appréciables de 678 est ce choix anti-manichéen de personnages non caricaturaux. Les hommes ne sont pas tous des animaux sans retenue et les femmes ne sont pas toutes des héroïnes décidées à se soutenir les unes les autres. Les clichés et la pression religieuse ont la vie dure, parfois relayés et encouragés par celles même qui en subissent les conséquences. Dans un pays où les victimes sont coupables, le harcèlement est un tabou, dont les autorités se soucient guère.

Les trois actrices, autre point fort du film, sont toutes trois magnifiques : battantes et fragiles, chacune à leur manière, qu’elles soient de milieux  bourgeois ou défavorisés. La très populaire chanteuse Bushra Rozza, incarnant Fayza, prend le parti de s’engager et de faire part de ce problème au public égyptien en prêtant sa notoriété à ce rôle. L’on observe le chemin de chacune d’entre elles, parfois parsemé de doute, de paranoïa, de comportements extrêmes et d’un grain de folie destructrice. Imparfaites, sensibles, elles nous touchent, et apportent une touche d’espoir en s’attaquant à un phénomène qui semble résolument ignoré de tous.

Comments

  1. Eleonore

    Excellent film que j’ai pu découvrir lors d’une projection en association.
    Très bien jouer et dérangeant d’émotion, lors des accusations au victime d’être provocante, tout autant que d’humour à bien des moments.
    Un film à faire tourner et connaitre.

Submit a Comment