Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | April 22, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Three Billboards : Les 3 panneaux de la vengeance (2017)

Sofiane
  • On January 25, 2018
  • https://leblogdesofiane.wordpress.com/

Review Overview

Note
8

Savoureux

Sortie France : 17 Janvier 2018

Dans la ville d’Ebbing, l’abandon se manifeste au travers de 3 panneaux publicitaires. Tombant en ruines, il matérialise une ville qui se meurt. Reflet humain de cette chute, Mildred Hayes porte sur ses épaules un trauma lourd et ineffable. Le décès de sa fille Angela Hayes dans des conditions atroces et toujours non résolues la ronge. Comment faire son deuil quand l’injustice règne ?

Les territoires américains à l’abandon ont offert parmi les plus grands films de ces dernières années. On pense à Comancheria évidemment et son propos social appuyé, terriblement juste. Ici, les autorités sont mises en cause au travers justement de ces panneaux qui n’ont pas vraiment de lien avec une vengeance mais plutôt avec un rétablissement de la justice. Ici, le terreau contestataire de l’oeuvre tient sur deux niveaux grâce à deux acteurs qui éblouissent de part leurs talents. D’un côté Frances McDormand campe Mildred Hayes une mère, une femme qui cherche à se battre pour ce qui est juste. De l’autre côté, Sam Rockwell campe Jason Dixon un policier fainéant, raciste et totalement misérable. S’affrontent alors la quête pour rendre justice à Angela et celle d’un policier qui tente de donner à sa vie un but et se sortir d’une vie médiocre. L’union dans l’opposition est sans doute une chose déjà vue mais ici elle est parfaitement maîtrisée.

Les thèmes évoqués s’allient avec talent pour offrir des enjeux constants et en mouvance, 3 Billboards brille aussi par sa narration. Point de place aux clichés ou au misérabilisme, le film sait être juste et honnête. Mildred n’est pas une femme parfaite et le film sait mettre ses personnages dans des situations jouant en leur défaveur. Il en va de même pour Jason qui n’est pas un loser mais un être détestable de prime abord. La gestion de ces deux personnages affiche l’ambition du film qui réussit à faire émerger du choc de ces deux êtres, un récit profond sur l’acceptation et le courage. On n’oubliera pas évidemment de signaler que les traits d’humours du film sont parfaits, on se surprend à rire à gorge déployée quand un dentiste se fait par exemple trouer la main ou encore devant la verve de Mildred basée sur une belle batterie d’insultes.

Evidemment, la réussite de l’oeuvre est aussi visuelle et sonore. La bande son rappelant des compositions de Nick Cave et Warren Ellis, vogue en terre Blues/Country où les guitares souffrent et se font l’écho des râles de nos protagonistes. Visuellement, le film se révèle sobre mais terriblement efficace grâce entre autre à une gestion des espaces pointues jonglant entre intimité et largeur pour marquer les situations où les rapports de force évoluent.

3 BIllboards est évidemment une réussite. Beau, touchant, porté au sommet par deux acteurs au firmament et un travail technique à saluer, on peut d’ores et déjà le dire : 2018 tient une des ses grandes oeuvres.

Synopsis

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Submit a Comment