Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | May 25, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Dredd 3D (2013)

Dredd 3D (2013)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 5/10

Dredd est la seconde transposition à l’écran des comics Judge Dredd. Très appréciée dans les années 1970, la bande-dessinée bénéficie d’une adaptation en 1995 devenue quasi-culte pour sa médiocrité. Karl Urban, que l’on connaît surtout pour son rôle d’Eomer dans la trilogie Le Seigneur des Anneaux, reprend ici le rôle que Sylvester Stallone s’était malgré tout approprié.

Le film sort aujourd’hui, en DTV (direct to video).

SYNOPSIS

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter.

“I’M THE LAW”

Dredd, tourné à la caméra 3D, pallie un scénario quasi inexistant par une action satisfaisante et une esthétique plutôt agréable. Où l’on s’attendait à un navet, il faut reconnaître que le film a ses bons côtés – même s’ils ne parviennent pas à maintenir le spectateur alerte 100% du temps. C’est donc plutôt une amélioration comparé à son prédécesseur des années 90, qui malgré une histoire plus travaillée, demeurait ridicule et truffé d’incohérences.

Il est effectivement difficile de laisser passer des incohérences lorsque le script tient sur une feuille de PQ. Mais l’existence de la drogue Slo-Mo permet de garnir le tout de quelques ralentis assez beaux, bien que la post-prod se soit lâchée sur la saturation, leur conférant un aspect légèrement kitsch se voulant futuriste. Mais le véritable défaut de ces séquences bien trop appuyées est cette sensation d’ennui qu’elles procurent, brisant le rythme entre deux scènes d’action pour un effet de style trop souvent utilisé. Le reste, demeure visuellement agréable, avec de bons effets spéciaux et une 3D qui trouve même son sens lors de certains plans car l’intégralité de l’action se situe dans un immeuble de 200 étages qui a parfois su être bien exploité de ce point de vue.

dredd slo mo

Même en se mesurant à un nanar, difficile de rivaliser avec le rictus de Stallone. Karl Urban s’en sort cependant de manière honorable, parvenant à afficher une moue grincheuse durant des temps records et à jouer sans faire usage de son regard, un exercice  non dénué de difficulté. Olivia Thirlby, appréciée dans Juno, livre une performance vite oubliée ; éclipsée par Lena Headey, fort éloignée de l’habituelle Cersei (Game of Thrones). Se fait surtout remarquer Domhnall Gleeson (Anna Karenine, Harry Potter) pour l’originalité de son personnage.

Entre punchlines humoristiques dignes du premier film et méchants totalement dénués d’originalité, Dredd est presque un hommage, voulu ou non, aux films d’action et de S-F des années 80 et 90, que son aspect cliché rend attachant. Pourtant, on y retrouvera certaines inspirations modernes comme Christopher Nolan (une épidémie, ces temps-ci) notamment sur certains plans. La bande originale, quant à elle, rythme bien le tout, en adéquation totale avec le style du film.

dredd 3D karl urban

Son (très léger) scénario a la malchance d’être étonnamment similaire à celui de The Raid, excellent film indonésien sorti l’an dernier, face auquel Dredd 3D tient difficilement la comparaison, au risque de le pénaliser. Cependant, il demeure un divertissement sympathique, mené par un Karl Urban qu’on espère presque revoir dans une suite.

Comments

Submit a Comment