Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | November 22, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Poesia sin Fin (2016)

Betty Elms
  • On September 26, 2016
  • http://cinemabook.wordpress.com/

Review Overview

Note
8

Savoureux

Sortie (France) : 5 octobre 2016

Poésia Sin Fin reprend la fin de La Danza de la Realidad, et tout l’univers si personnel de Jodorowsky. Sans avoir vu le 1er volet, on peut se retrouver quelque peu décontenancé devant cet univers étrange. Alejandrito (lui-même donc) vit maintenant à Santiago avec ses parents, sa mère surprotectrice et son père tyrannique qui veut faire de lui un médecin. Ce contexte le poussera à aller vers ce à quoi il aspire, l’art et la poésie.

Sa famille juive en prend pour son grade après avoir pris la décision de tout plaquer pour une vie de bohème à laquelle il ne peut résister. C’est Adam Jodoroswsky, l’autre fils d’Alejandro qui reprend le rôle. Nous partirons alors à la rencontre de ses amis de création qu’il nous présente dans ce conte burlesque et plein de fantaisies. Nous y retrouverons ses amitiés avec Nicanor Parra ou Enrique Lihn, et aussi et surtout, sa première Muse. Stella est interprétée par Pamela Flores, qui incarne également la mère d’Alejandro, pour mieux troubler les pistes. Cette œuvre se lit de manière multiple et sans limites, ou celles de votre imagination. Plus linéaire, que la danza de la realidad, l’inventivité elle n’est pas laissée pour compte. Il existe quelques longueurs, qui n’existaient pas dans le premier opus, mais la force de ce deuxième opus est la liberté qu’il a d’aborder des thèmes est d’arriver à une fin expiatoire puissante et vibrante.

poesia-sin-fin-1

Les personnages qu’il rencontre le long de cette fable permettent à Alejandro de remplir son cœur d’amour. Un clochard lui prédit « Une vierge illuminera ton chemin avec un papillon ardent » ou ce public de cirque qui le porte. Il essaie d’ouvrir les consciences et apporte son énergie et nous rappelle qu’il faut rire de tout et aimer la vie plus que tout.

Oui, Poesia sin fin est un film d’amour, de la vie, de la famille (le père et Alejandro sont joués par deux fils d’Alejandro (!). La musique est signée Adan Jodorowsky et les décors-lumière-costumes par sa compagne Pascale Montandon-Jodorowsky). Comme Alejandro on a envie d’aimer, tout simplement, en espérant le 3e volet avec enthousiasme.

poesia_sin_fin_2__pascale-m

Synopsis

Dans l’effervescence de la capitale chilienne Santiago, dans les années 1940 et 50, « Alejandrito » Jodorowsky, âgé d’une vingtaine d’années, décide de devenir poète contre la volonté de sa famille. Il est  introduit dans le cœur de la bohème artistique et intellectuelle de l’époque et y rencontre Enrique Lihn, Stella Diaz, Nicanor Parra et tant d’autres jeunes poètes prometteurs et anonymes qui deviendront les maîtres de la littérature moderne de l’Amérique Latine. Immergé dans cet univers d’expérimentation poétique, il vit à leurs côtés comme peu avant eux avaient osé le faire : sensuellement, authentiquement, follement.

Submit a Comment