Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | September 25, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Le Livre d’Images (2018)

Chalisbury
  • On May 16, 2018
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
4

Fadasse

Sortie (France) : Prochainement

4 ans après avoir reçu le Prix du Jury pour Adieu au langage,  Jean-Luc Godard est sans surprise de retour à Cannes. Enfin, de retour, au sens figuré : resté en Suisse où il est désormais domicilié, le réalisateur a présenté sa dernière œuvre, intitulée Le Livre d’image. Retour sur un long-métrage à l’instar de la conférence de presse : assez surréaliste.

3…2…1, et c’est parti pour un bombardement visuel et sonore d’une heure et demie, un gloubi-boulga d’extraits en tous genres. Voilà comment on pourrait résumer le dernier Godard, tellement difficile à qualifier.

Une succession d’images en mouvements, de références cinématographiques mais aussi littéraires et philosophiques, comme lorsque le cinéaste cite Joseph de Maistre ou encore Goethe. Oui,  le chaos auquel on assiste est minutieusement orchestré, et il s’agit sans conteste d’un travail d’orfèvre où rien n’est laissé au hasard. Godard aborde le thème du silence auquel il ne se résigne toujours pas, mais surtout celui de la guerre et du monde Arabe. Cryptées souvent, décryptées par petites touches, ces informations n’ont malheureusement surtout, pour le commun des mortels, ni queue ni tête. On sort de la projection assez saoulé par tant de brouhahas, le cerveau quasi écœuré d’avoir trop boulotté d’extraits en si peu de temps. On en viendrait même à s’énerver un peu, jugeant ce kaléidoscope de sons et d’images sans qualité. Comme si l’œuvre de Godard aurait pu être le fruit d’un travail d’étudiant monteur abonné au streaming et à la zapette.

Le temps de reprendre nos esprits, groggy et quasi devenus épileptiques, que la conférence de presse commence. Hallucinante, à l’image du film : il ne s’agit pas d’un hologramme, le visage de Godard, fumant un cigare, apparaît bien sur un téléphone, mis à contribution pour effectuer une visio conférence. Celui que ses adeptes surnomment le Maître apparaît usé par l’âge, mais conserve toujours son esprit vif et son humour acéré. Il tente même d’apporter quelques explications aux nombreuses questions qu’on lui pose : « On discute souvent de ce qui se fait mais rarement de ce qui ne se fait pas. Voilà pourquoi mon dernier long-métrage est comme ça / Il y a toujours un début et une fin mais pas forcément dans cet ordre / Il faut penser avec ses mains et non avec sa tête. / Le plus important n’est pas le tournage mais le montage ». Soit.

Le Livre d’image est un travail manuel de déconstruction et de reconstruction nébuleux et décousu, mais qui n’est vraisemblablement pas en mesure d’être diffusé au grand public.

Synopsis :

“Te souviens-tu encore comment nous entrainions autrefois notre pensée ?
Le plus souvent nous partions d’un rêve…

Nous nous demandions comment dans l’obscurité totale
Peuvent surgir en nous des couleurs d’une telle intensité

D’une voix douce et faible
Disant de grandes choses
D’importantes, étonnantes, de profondes et justes choses

Image et parole

On dirait un mauvais rêve écrit dans une nuit d’orage

Sous les yeux de l’Occident
Les paradis perdus

La guerre est là…”

Submit a Comment