Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | August 17, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Gueule d’Ange (2018)

Chalisbury
  • On May 17, 2018
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
6

Plaisant

Sortie (France) : 23 mai 2018

La touche-à-tout Vanessa Filho a soumis au public et à la presse son premier long-métrage intitulé Gueule d’ange, en lice pour la Caméra d’or, dans la catégorie Un certain regard.

Marion Cotillard incarne Marlène, marginale provinciale, ivre, légère, dépravée, et accessoirement mère célibataire d’une petite Elli, âgée de 8 ans. Après un mariage express terni par une énième tromperie, Marlène s’entiche d’un inconnu en boite de nuit et abandonne Elli, alors livrée à  elle-même…

Embêté et mitigé, on est. Plonger dans le grand bain, voilà le pari fou que s’était fixé la réalisatrice, en choisissant Marion Cotillard (jouant pour une fois à la perfection), excessive mais touchante, un peu clichée mais complètement paumée, et surtout la lumineuse interprète d’Elli (Ayline Aksoi-Etaix), véritable pépite en devenir.

Au très bon jeu d’acteurs s’ajoute le talent de la documentariste Vanessa Filho : du look vulgaire à souhait de Marlène à l’émission quotidienne de télé-réalité, en passant par le mimétisme mère-fille et l’apprentissage de la séduction – seule façon de communiquer avec un homme – tout y est.

Et le plus intéressant est sans conteste la deuxième lecture de ce grand bain : celui de l’alcoolisme, adulte et enfantin, du tourbillon de la vie au gré des rencontres et d’une solitude qui semble se transmettre de génération en génération. Sans père, la jolie gueule d’ange qu’est Elli va tenter de s’en trouver un de substitution.

Jusqu’ici tout allait bien… mais patatra, la quête de la petite fille prend soudain une tournure absurde, à laquelle on a malheureusement du mal à adhérer. Plus la bobine du film se déroule et plus le scénario manque à l’appel. On vivote, on s’emmêle dans un quotidien qui devient  peu réel, comme si la cinéaste ne savait comment terminer son histoire. L’émotion s’enfuit, les situations deviennent prévisibles et la puissance du film retombe comme un soufflé, en même temps que notre intérêt.

Un bon premier long en somme, mais à vouloir en faire trop, Vanessa Filho a rendu Gueule d’ange quasi apathique.

Synopsis :

Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

Submit a Comment