Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | March 29, 2017

Scroll to top

Top

10 Comments

Django Unchained (2013)

Django Unchained (2013)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 9/10

Avec Django Unchained, Tarantino assouvit enfin un rêve de longue date : créer, au-delà du simple hommage, un véritable “Western Spaghetti”, référant notamment aux films de Sergio Leone (Le bon, la brute et le truand) et Sergio Corbucci (Django). Le réalisateur, désormais connu pour son style hybride inspiré des différents cinémas absorbés au cours de son existence, avait notamment déjà effleuré la référence  au western dans Kill Bill 2. Django Unchained est actuellement nommé pour l’Oscar 2013 du meilleur film.

SYNOPSIS

Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs. Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves…

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=CFZXOw9uThY]

TARANTINO ET SES HOMMAGES

[Note de service : votre Filmosaure, toujours en plein apprentissage cinématographique, a encore visionné très peu de westerns, et n’a notamment pas vu Django (1966). Cette critique est donc rédigée du point de vue de la novice que je suis, qui a pu apprécier le film sans en saisir l’ampleur des références.]

Vive le cinéma !” hurle Quentin Tarantino, le poing levé, à l’avant-première de Django Unchained au Grand Rex, avant d’ajouter : “Are you ready to see some badass shit ?“. Ces deux exhortations sont au coeur même de la signature Tarantino : un lâchage jouissif de violence esthétique doublé d’un amour déraisonnable pour ce que le cinéma mondial a produit depuis des décennies. Plus que n’importe laquelle de ses productions, Kill Bill 1 & 2 étaient représentatifs de ce phénomène, gigantesque relecture des films d’action ou animés japonais, des films de kung-fu Honk-Kongais, du suspense Hitchockien ou encore des Western Spaghetti.

kill bill 2 pieds western

“How did you find me ? – I’m the man.” – Kill Bill 2, Quentin Tarentino, 2004.

Ce dernier genre, particulièrement affectionné, trouvera un nouvel écho dans Django Unchained qui lui est entièrement dévoué. Close-ups sur les pieds des personnages, mouvements de caméra, mais aussi costumes et codes couleurs sont autant d’hommages à la filmographie de Sergio Leone et consorts. Des grandes étendues dépeuplées aux petites villes dont l’essentiel de l’action se déroule au Saloon, de la chaleur étouffante du désert aux neiges du Montana (?), le film explore les Etats-Unis, et pas seulement à l’Ouest. Car l’essentiel de son action ne se déroule pas au Texas ou au Colorado mais bien dans les plantations cotonnières du Sud esclavagiste. Nous sommes en 1858, près de deux ans avant la Guerre Civile opposant le Nord au Sud du pays sur la question de l’asservissement humain, prétexte à hommages divers aux films du genre (Autant en emporte le vent, The legend of Nigger Charley, et… nourrie au feuilleton Nord et Sud dans mon enfance, j’en ai également ressenti de nombreux échos).

django unchained neige

Tarantino crée ainsi un film hybride, tout aussi étrange que la vision d’un homme noir à cheval en ce temps. Le personnage de Django est en lui-même un symbole fort, extrêmement représentatif de la nature de l’oeuvre. Jamie Foxx, tour à tour taciturne et bête sauvage, s’affirme et nous émeut presque sans effort. Sa cause justifie les moyens et trouve une adhésion presque sans équivoque malgré le sujet extrêmement sensible auquel le film s’attaque.

Le reste du casting livre une performance tout aussi impressionnante, sinon plus. Si Christoph Waltz n’a pas volé sa nomination aux Oscars pour l’attachant Dr King Schultz, à l’éthique parfois douteuse et aux répliques hilarantes, l’on regrette que Samuel L. Jackson et Leonardo DiCaprio n’y aient pas également eu droit. L’on connaissait déjà le potentiel du premier à se faire inquiétant (Incassable). Quant au second, ses talents d’acteur ne sont plus à prouver et son interprétation de Calvin Candie, bien qu’académique, est, comme toujours, impressionnante. Si DiCaprio ne saura camper un méchant aussi charismatique que l’avait fait, par exemple, David Carradine avec Bill, il a su faire de Candie un personnage fort, et le voir incessamment boudé des Oscars est extrêmement frustrant.

django unchained leonardo dicaprio

Tarantino impose également le suspense en maître lors de séquences à forte tension, brisée seulement par cette violence revancharde dont le réalisateur est friand. Et comme toujours, il sertit son oeuvre d’une bande originale très personnelle, somptueuse et responsable à elle seule d’une immense partie de l’identité de Django Unchained. Pour la première fois dans la filmographie du réalisateur, certains morceaux (dont Freedom) ont été composés spécialement pour le film. D’autres, nombreux, sont tirés de films de genre (dont d’innombrables références à Django), et souvent composés par Ennio Morricone, figure de proue de l’accompagnement des Westerns Spaghetti.

De la pellicule de Django Unchained transpire l’amour de Quentin Tarentino pour le film de genre. Le réalisateur mélange les styles avec génie pour, une fois de plus, créer une oeuvre épique et émouvante, alimentée par un dynamisme jouissif, et habitée d’interprètes de talent.

 

Et merci à Robin pour l’invitation. 🙂

 

Comments

  1. “Avec Django Unchained, Tarantino assouvit enfin un rêve de longue date : créer un hommage aux “Westerns Spaghetti”, et notamment aux films de Sergio Leone”

    Il l’avait déjà complètement assouvi avec Unglourious Basterds !

    • Ah ? Fais-en la critique cette semaine alors, je ne suis pas convaincue :p

      • Xavier

        Et pourtant c’est le cas.

        Tu parles de références. Inglorious Basterds en fourmillait.

        Elève discipliné et de son propre aveu, Tarantino a repris les codes du Western pour tourner un film de guerre .

        AInsi notamment les deux scènes phares du film: l’ouverture et la scène dans le café vouté sont des hommages

        Pour ne citer que deux éléments qui me viennent en tête comme cela :

        la première phrase du film “il était une fois…” référence transparente à la trilogie de Léone (pas celle du Dollar, l’autre).

        La discussion antre Landa et M. Laperdite dans la ferme qui est très proche, dans son atmosphère,de celle entre la Brute et le fermier au début du Bon la Brute et le Truand, sauf que ce n’est pas le fermier qui est tué.

        D’ailleurs que fait le fermier quand les allemands arrivent? il fend du bois, tout comme l’un des 7 mercenaires quand Yul Brynner et James Coburn viennent le chercher dans le film du même nom de John Sturges (scène qui a d’ailleurs été depuis utilisé maintes et maintes fois que ce soit en hommage ou par manque d’imagination)

        J’ai tout de même hate d’aller voir ce Django Unchained

        • Oui oui oui j’ai compris. J’ai vu Inglorious Basterds à sa sortie, pas adoré, et oublié depuis. Du coup je n’y ai même pas songé. Du coup j’ai modifié mon intro et j’en ai commandé une critique à mon rédacteur expert en la matière 😉

  2. Toujours aussi bien écrites tes critiques !

    Et je suis d’accord avec Xavier. Inglorious Basterds se nourrit des inspirations Western, moins que Kill Bill, certes.

    J’ai découvert Tarantino avec Inglorious Basterds. Ensuite je me suis attaqué à sa filmographie. Je ne les ai pas tous vus malheureusement. Mais j’attends avec impatience ce Django Unchained. Je trouve le casting impressionnant quand on connaît le jeu des acteurs, et les rôles que tarantino impose à ses personnages. J’ai toujours en tête la scène de Bruce Willis dans Pulp Fiction où on le voit de face pendant une dizaine de minutes.

    Bref, merci pour ta critique qui est la première que je lis. 🙂

    • Merci Alexis, j’écris au rythme de mes découvertes et avec un gros morceau comme Tarantino je fais ce que je peux 🙂

  3. Dole

    Je ne trouve pas ce django meilleur que inglourious bastard par exemple.Tarantino se perd trop par moment….

  4. MOE

    Mais où tu vas chercher tes critiques et tes références…
    Avant de dire que le réal assouvit quoique ce soit, regarde la filmo complète et arrête de lécher le c– des autres critiques de la presse.
    Cette critique ne vaut même pas le film dont elle est le sujet, et pourtant le film est loin d’être le meilleur de tarantino…

    • Bonjour, cher Jean-François R.(?)

      Le fait de ne pas apprécier mes écrits ne te dispense pas d’un minimum de courtoisie. Je t’invite à consulter la section “about” du blog dans laquelle je précise dès le départ ne pas être une professionnelle du cinéma, et j’apprends à mesure que je découvre.

      Peux-tu développer tes propos et me préciser exactement quelles parties de ma critique te dérangent, et quel est ton avis sur la question ?

      D’autre part, l’avis des “autres critiques” (je le rappelle : je ne suis pas critique mais j’écris par passion) m’importe peu, et si tu me lisais plus souvent, tu le saurais.

      Très cordialement,

      Stéphanie

Submit a Comment