Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | January 22, 2017

Scroll to top

Top

13 Comments

L’écume des jours (2013)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
9

Repas de fête

Sortie (France) : 24 avril 2013

L’écume des jours est une adaptation du roman de Boris Vian. Extrêmement poétique, l’univers pétri d’imagination de celui-ci ne pouvait probablement être adapté à sa juste valeur que par Michel Gondry, à qui nous devons notamment La science des rêves et Eternal Sunshine of the spotless Mind.

Il faut avoir lu l’oeuvre de Boris Vian pour pleinement apprécier l’ampleur du talent de Michel Gondry lorsqu’il se lance dans l’adaptation de l’Écume des jours. De même, impossible de se lancer dans cette critique sans quelques mots sur le livre qui a enchanté de nombreuses adolescences depuis 1947. Des néologismes et des rêves de Vian jaillit un univers riche en émotions, qui peut se montrer aussi innocent ou cruel qu’un regard d’enfant.

Michel Gondry a lu ce roman dès ses plus jeunes années et cela se ressent dans son film, véritable déchaînement d’idées qui jaillissent sans se lasser dès les premières images. Il y va même régulièrement de sa patte personnelle, allant encore plus loin que Vian dans ses concepts. Il fait appel à notre enfance, à grand renfort de fraises tagada, de petits FOURS ou de folies spontanées où l’on tape des couverts et on saute sur les lits pour obtenir ce que l’on veut. Il “ré-humanise” ce qui peut l’être, du temps qui passe au moteur de recherche. Quelques détails peuvent ne pas correspondre à notre interprétation personnelle de l’oeuvre (j’ai été, pour ma part, un peu déçue par le nuage), mais dans l’ensemble, L’écume des jours est une petite merveille visuelle dont la première partie est un concentré de bonheur enfantin, “à l’abri de la famille et du travail”.

Dessin original de Michel Gondry pour l’Écume des jours.

Dessin original de Michel Gondry pour l’Écume des jours.

A l’instar de son travail dans La science des rêves, les effets spéciaux choisis par Gondry sont une extension directe de cet univers enfantin. Les CGI sont boudés au profit d’une atmosphère “carton-pâte” pleine de charme, approximative et imparfaite, mais extrêmement fluide, qui se démarque de la masse. Les plus nostalgiques se rappelleront L’île aux enfants, à l’époque où les effets spéciaux dans les émissions pour enfants étaient encore réalisés en stop-motion, assumant le côté poétique du roman dans lequel on ignore si les éléments sont réels ou finalement imaginés par les personnages. Une BO fabuleuse, issue tout droit des inspirations New-Orleans du roman, complète l’enchantement.

Seul bémol, le choix des acteurs principaux qui aura déçu plus d’un(e) cinéphile : pourquoi s’être focalisé sur un couple de personnalités connues déjà bien trop vieilles pour le rôle ? Si Audrey Tautou peut encore faire illusion malgré ses 36 ans, elle manque de l’innocence parfaite nécessaire à l’élaboration du personnage de Chloé (et tousse très mal). Quant à Romain Duris, ce n’est juste pas possible ; il a beau sautiller de partout comme un jeune premier, on n’arrivera à camoufler le fait qu’il est bien loin des 21 ans de Colin, et pour cause… Au double de l’âge des personnages qu’ils sont censés incarner, les deux acteurs qui ne dégagent ensemble aucune sensualité ne s’en sortent qu’honorablement, mais l’on aurait préféré découvrir deux jeunes inconnus. Il en va de même, évidemment, avec Gad Elmaleh, pourtant étrangement bon dans le rôle de Chick. Seul, Omar Sy semblait taillé sur mesure pour le personnage de Nicolas.

l'ecume des jours romain duris

Mais en dehors de ce casting qui n’altère en rien le travail extraordinaire du réalisateur, L’écume des jours est une réussite complète qui laisse, sinon en larmes, tout du moins extrêmement ému. A une première partie fraîche et émouvante, à laquelle faisaient écho de nombreux rires dans la salle, succède une descente aux enfers qui n’a rien à envier au rythme lancinant de Requiem for a dream dont elle semble parfois s’inspirer. La mise en scène de l’angoisse par Gondry, extrêmement efficace, est ponctuée de coups de génie, comme sa mise en abyme de l’écriture de Vian, représentative de l’inexorabilité du destin s’abattant sur les héros, ou son traitement de l’addiction de Chick à Jean-Sol Partre qui va bien plus loin que le roman. L’univers de L’écume des jours permet à Gondry de se lâcher complètement et de rendre certaines séquences plus drôles ou tragiques qu’avec une mise en scène classique.

Michel Gondry est un rêveur et L’écume des jours est une virée envoûtante sur les chemins de son extravagance. A découvrir et vivre pleinement, avec un coeur d’enfant et des peurs d’adulte.

Synopsis

L’histoire surréelle et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer ses soins, dans un Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite.

Comments

  1. Il serait intéressant de comparer cette nouvelle adaptation avec la première adaptation cinématographique de L’Écume des Jours, celle de Charles Belmont en 1968, avec les très jeunes acteurs Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey.
    Prévert en disait : “Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait”
    Renoir : “Ce film a la grâce”
    En décembre 2011 Jérémie Couston écrit dans Télérama: “Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout”.
    Et en juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C’est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l’esprit. Et la distribution est éclatante ».

    On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog :
    L’oeuvre du cinéaste Charles Belmont
    charlesbelmont.blogspot.fr

    • Bonjour Marielle,
      Ton commentaire m’est très utile car justement, avec Gibet (rédacteur ici), nous souhaitions voir le film de Charles Belmont sans trouver de point de vente ou de visionnage. Ce film est impossible à retrouver. Merci donc pour ce blog que je vais aller voir tout de suite en espérant avoir des pistes.

      Bonne journée,

      Stéphanie

      • Merci de votere intérêt.
        Je fus la compagane et collaboratrice au montage de Charles Belmont pendant 44 ans et après sa disparition j’ai fait ce blog pour témoigner de son oeuvre.
        Le film de Charles est “en quarantaine” jusqu’à 4 mois après la sortie du Gondry, clause exigée par le premier producteur du Gondry “pour laisser toute sa place à la nouvelle adaptation”.
        Ce fut même très difficile d’obtenir le droit de projeter ce film pour la journée d’hommage du Forum des Images pour l’anniversaire de la mort de Charles Belmont. Je ne sais pas commetn Taddei a obtenu une copie pour son émission du 13 avril !
        Je ne m’étends pas sur cet aspect contestable.

        Mais la vie est belle car StudioCanal (producteurs des deux adaptations) va éditer un DVD de L’Écume des Jours de Charles Belmont, après la période ‘d’interdiction’ ! Je travaille à réunir archives, articles, photos et tout…
        Donc à plus tard !

        • C’est superbe, merci pour toutes ces informations ; nous allons donc attendre patiemment sa réédition en DVD et nous contenter de parcourir votre beau blog en attendant.
          A très bientôt !

  2. chareire jonathan

    Il fait appel à notre enfance, à grand renfort de fraises tagada, de petits FOURS ou de folies spontanées où l’on tape des couverts et on saute sur les lits pour obtenir ce que l’on veut. Il “ré-humanise” ce qui peut l’être, du temps qui passe au moteur de recherche

    voila ce qui me donne vraiment envie de voir ce film avec l’excellent romain duris , merci pour ce concours 😉

  3. bigmama51

    Bonjour,
    voici la phrase dans la critique qui m’a plu le plus
    :Il fait appel à notre enfance, à grand renfort de fraises tagada, de petits FOURS ou de folies spontanées où l’on tape des couverts et on saute sur les lits pour obtenir ce que l’on veut. Il “ré-humanise” ce qui peut l’être, du temps qui passe au moteur de recherche.
    merci pour ce concours

  4. khlokhlo

    Bonjours, alors le petit plus qui m’a personnellement tentée serait : “Une BO fabuleuse, issue tout droit des inspirations New-Orleans du roman, complète l’enchantement.” En effet je suis fan de ce style de musique, et bien que je ne trouve pas très bon le choix de l’actrice principale (effectivement un peu vieille pour le rôle), ce petit plus et l’histoire me tentent bien.

  5. Bonjour et pour le concours , voici ce qui me donne envie de voir le film : “L’écume des jours est une petite merveille visuelle dont la première partie est un concentré de bonheur enfantin, “à l’abri de la famille et du travail”

  6. christine

    Bonjour,

    J’ai adoré le livre de Boris Vian dont j’aime l’univers. Je me doute que la fantaisie de Gondry fera de ce film une véritable adapation, un travail d’auteur.
    La phrase qui conclue votre critique me parle : “Michel Gondry est un rêveur et L’écume des jours est une virée envoûtante sur les chemins de son extravagance. ”
    Je pense que je ne serai pas déçue et c’est une gageure d’adapter un roman, surtout de cet acabit, au cinéma.

Submit a Comment