Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | February 28, 2020

Scroll to top

Top

No Comments

The Revenant (2016)

Betty Elms
  • On March 7, 2016
  • http://cinemabook.wordpress.com/

Review Overview

Note
9

Repas de fête

Sortie (France) : 24 février 2016

Iñarritu revient à la violence, au film brut et sans concession. C’est son film le plus ambitieux et honnête, une aventure sauvage qui nous montre encore sa maîtrise totale de l’image.  

Librement inspiré d’une histoire vraie, celle de Hugh Glass, trappeur attaqué par un grizzli et laissé pour mort, qui aurait réussi à survivre et traverser 300 km. Guidé par la vengeance, il ira au bout de lui-même pour retrouver la paix. Iñarritu nous raconte alors son histoire, d’homme face à la nature, d’homme face aux esprits et à ses propres démons. Une introspection, qui nous ramène à la survie la plus animale, à la condition humaine.

Le-Revenant-la-critique_article_landscape_pm_v8

Leonardo DiCaprio aura enfin eu son oscar, mérité (pas que pour ce film) grâce à cette composition hors normes d’un homme qui, mutique la plupart du temps, aura montré par son corps et son regard toute l’endurance et la détermination d’un homme blessé. On apprécie l’intensité de l’interprétation, laissée libre et portée par un homme, comme Javier Bardem dans Biutiful, jusqu’aux profondeurs les plus sombres de l’âme. Tom Hardy, n’est pas en reste et offre son rôle le plus fort et son regard le plus glaçant.

therevenanttomhardy

La performance du film est surtout technique, Iñarritu aura eu raison de vouloir tourner son film chronologiquement, en lumière naturelle et en conditions climatiques réelles ! Le tournage fut extrême, dur, âpre et magnifié par la mise en lumière de Lubezki, il reste unique et délivre une performance de très haut niveau. L’expérience devient visuelle et sensorielle pour nous, spectateurs de ce drame humain. Les plans-séquences sont d’une virtuosité sans pareille, mais nous savions déjà M. le réalisateur, expert en la matière. Le voir exploiter cette technique sur des décors naturels est tout simplement un vrai bonheur de cinéphile. C’est beau, c’est brut, c’est intense et puissant, en alliant la violence humaine et naturelle que la technique parvient à sublimer.

Le-Revenant-4

Le récit se veut « poétique épique », selon les propres mots du réalisateur, mais rate de peu son but ultime. Birdman touchait la perfection et la totalité pour atteindre une expérience inédite et folle, The Revenant se heurte à la dureté du récit et oublie de s’élever spirituellement. Cela ne retire rien au film, honnête et profondément touchant, jusqu’aux tripes, mais quand on atteint un tel niveau, on ne peut être que légèrement frustré de ne pas atteindre l’absolu.

61

Synopsis

Un trappeur attaqué par un Grizzli, se voit abandonné par les siens, presque mort. Trahi, il parviendra à survivre et traverser 300km pour se venger.

Submit a Comment