Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | May 25, 2020

Scroll to top

Top

No Comments

Divergente 3 – Au delà du mur (2016)

Chalisbury
  • On March 9, 2016
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
5

Comestible

Sortie (France) : 9 mars 2016

Avant-dernier volet des aventures de Tris Prior, Divergente 3 nous emmène, comme son sous-titre l’indique, au-delà de la muraille qui sépare Chicago du reste du monde.

Nous avions quitté Tris et ses amis, lorsque ceux-ci s’apprêtaient à quitter Chicago, encouragés par une mystérieuse voix. Nous les retrouvons dans l’enceinte de leur ville en ruine, où Evelyn (Naomi Watts), la mère de Quatre, s’emploie à rétablir l’ordre, tout en marchant dangereusement dans les traces de Janine, feu Kate Winslet.

C’est donc dès le début avec le personnage de Naomi Watts que l’on ressent cette impression de déjà vu, qui ne nous quittera pas vraiment jusqu’à la fin. La faute sans doute à un dernier livre adapté en deux films et dont le premier sert seulement d’amuse-bouche au second, comme c’était déjà le cas dans la saga Hunger Games. De fait, construit comme une introduction à la conclusion, Divergente 3 se lance dans un récit qui veut tout nous montrer et tout mettre en place, avant le grand final. La conséquence, c’est une histoire trop dense et une intrigue entrecoupée de va et vient incessants entre les deux (voire trois) lieux principaux de l’action, sans jamais s’attacher à un enjeu en particulier. On ne s’attache (pas ou plus) aux personnages, qui n’évoluent pas (ou peu) et dont les motivations et les caractéristiques sont à peine effleurées.

divergente 3 cats

Là où les deux volets précédents avaient réussi à poser les bases d’un récit SF intéressant à la Big Brother, le 3e s’embourbe dans son carcan young adult sans jamais élever le niveau. Les enjeux proposés par le deuxième volet nous promettaient un troisième opus plus ambitieux encore, ambition que l’on ne retrouve qu’au niveau esthétique, et encore… Tandis que les deux premiers volets nous proposaient habilement quelques effets liés à l’imagination des personnages, c’est ici un monde entièrement virtuel qui nous est proposé, ne laissant plus la place à une quelconque authenticité. Une avalanche d’effets spéciaux futuristes, dont le seul résultat est de crédibiliser totalement ce nouvel univers auquel Tris est confrontée.

shailen woodley

Il n’en reste pas moins que Divergente 3 est encore un bon divertissement au rythme soutenu et à la réalisation efficace. Les thèmes de la surveillance, de la purification de l’espèce et de la bioéthique, bien qu’assez peu subtils, sont nécessaires et bien abordés ainsi que les questionnements moraux qu’ils génèrent chez les personnages. Le propos est donc intéressant, dommage qu’il se noie dans un océan de clichés et de facilités, toujours dans le seul but de plaire à sa cible principal, les ados, sans chercher à élargir ses horizons.

Divergente 3 est assez dynamique pour tenir en haleine ses fans avant le dénouement final, mais ne permet pas à la franchise de décoller complètement, malgré ce que semblaient nous promettre ses deux prédécesseurs.

Synopsis :

Sous le choc, Tris et Quatre doivent fuir et franchir le mur encerclant Chicago. Pour la première fois, ils quittent la seule ville et famille qu’ils aient connues. Mais au delà du mur se trouve un monde hostile qu’ils vont devoir affronter. Tris et Quatre doivent rapidement déterminer en qui ils peuvent avoir confiance alors qu’une bataille menaçant l’humanité toute entière est sur le point d’éclater…

Submit a Comment