Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | January 22, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Des saumons dans le désert (2012)

Des saumons dans le désert (2012)
Stéphanie Valibouse

Note : 4/10

Ce qui aurait pu être une belle réflexion philosophique ou géopolitique s’est révélé n’être (presque) qu’une simple comédie romantique à l’anglaise. Le réalisateur du sympathique Le Chocolat (et de 2-3 immondices depuis) réunit Ewan McGregor et Emily Blunt pour cette fable intemporelle mais insipide adaptation du best-seller épistolaire de Paul Torday.

SYNOPSIS

Lorsqu’un richissime cheikh du Yémen se met en tête d’introduire des saumons dans les rivières de son pays, tout le monde pense qu’il s’agit d’une pure folie. Pourtant, entre volontés politiques et coups du destin, une jeune chargée d’affaires, Harriet, et un scientifique, Fred, vont se retrouver obligés de concrétiser ce rêve insensé. Même si le projet est un vrai casse-tête, l’aventure tombe plutôt bien pour Fred et Harriet, dont la vie privée n’est pas au beau fixe… À travers les voyages, les rencontres et les innombrables péripéties que ce programme surréaliste occasionne, tous deux vont découvrir l’existence sous un jour différent. La pêche miraculeuse du cheikh va-t-elle servir d’appât à l’amour ?

(Source : Allociné, mon fournisseur officiel de synopsis lorsque je ne suis pas transcendée par le film)

CECI N’EST PAS UN FILM SUR LA PÊCHE

Je me suis quand même posé la question pendant une bonne première moitié du film (tandis que je tentais de combler mon ennui pendant la seconde moitié). Je trouvais extrêmement inapproprié de faire un film entier sur le caprice d’un type blindé de thunes qui veut des saumons dans son désert alors que la moitié de la planète n’a pas d’eau potable ou salubre à volonté.

Puis nous apprenons au cours d’un dialogue très profond entre le Cheikh et Ewan que tout ça, ce n’était pas seulement pour la pêche. Aaaah ok, très subtil… Euh c’était pour quoi alors ? Ne vous fiez pas à la bande-annonce, le problème étant qu’il n’y a absolument rien dans le film pour conférer un minimum de profondeur au message, et notamment sur le plan géopolitique où il était pourtant attendu au tournant. Pourquoi avoir absolument voulu l’engluer de sentiments naissants et d’histoires d’amour à peu près aussi originales et imprévisibles qu’un Marc Levy ?

OOOOOOLD

Caster Ewan McGregor pour un personnage censé être de 20 ans son cadet, really ? Ewan est un de mes acteurs préférés mais il y a anguille sous roche avec ce choix que je soupçonne de n’être que commercial. Quel dommage, après avoir été brillant dans Big Fish, il ne brille ici, bien que touchant, que par son manque de personnalité.

Emily Blunt a été meilleure, dans des rôles plus “piquants” : ici l’on a juste envie de la secouer comme un prunier et de lui filer 2-3 baffes pour la réveiller.

Heureusement, le tout est relevé par un très charismatique Amr Waked, acteur égyptien connu et déjà aperçu dans Contagion, ainsi qu’un peu d’humour bienvenu de la part du personnage de Kristin Scott Thomas tournant en dérision les politiques anglais.

UNE FIN EN QUEUE DE POISSON (HU HU)

La scène du “sauvetage” sur le rocher ? Les retrouvailles ? Les saumon jaillissant joyeusement de l’eau dans un ralenti illuminé de mille reflets ? Ah non hein, je dis NON. Ca suffit maintenant. Lasse Hallström, je te prierais de cesser de me gâcher mes acteurs préférés et de commencer à faire des films potables, à l’inverse de l’eau dans laquelle nagent tes saumons.

 

Comments

  1. Une critique qui fait sourire Pour un film qui ne fait pas frétiller…

Submit a Comment