Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | June 26, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Argo (2012)

Argo (2012)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 9/10

Après Gone Baby Gone et The Town, Ben Affleck s’impose une fois de plus en réalisateur modèle. Sa propension à s’auto-caster (ou un membre de sa famille) est presque excusée par la qualité d’Argo qui allie sobre réalité historique, humour et suspense avec une simplicité désarmante.

SYNOPSIS

Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de “l’exfiltration” de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma.

Source

RÉALITÉ AUGMENTÉE

L’histoire est basée sur des faits réels qui se sont déroulés lors de la crise iranienne des otages de 1979 mais n’ont été révélés au public qu’en 1997.

Une des forces d’Argo est son sens du détail, car au-delà d’une volonté évidente de mettre le spectateur sur le grill du suspense via une exagération des situations à risque, Affleck s’est attaché à respecter de nombreux faits historiques datant de l’époque. Ainsi, tel un James Cameron méticuleux, il choisit ses acteurs en fonction de l’apparence des personnages de l’époque, qui arboraient un look furieusement end of 70s à grand renfort de lunettes immenses et moustaches improbables. Plus intéressante encore, l’atmosphère des révoltes iraniennes retranscrite à partir de documents d’époques, de photos.

iran-revolution-argo-1979

Où Affleck a su faire la part des choses tout en restant fidèle à l’histoire, c’est qu’il a su y injecter la juste dose de suspense afin de tendre son spectateur au point qu’il en sortira avec une absence d’ongles manifeste. Sur le site web de la CIA, de son côté, Mendez affirme que l’opération s’est passée “comme sur des roulettes” (as smooth as silk), mais cette petite dérive du réalisateur au service du spectacle ne me choque pas et m’a permis de ressortir de la fameuse scène “de l’aéroport” complètement épuisée et les larmes aux yeux d’avoir dû subir une telle pression. Meilleur réalisateur qu’acteur ? Argo nous ferait en tout cas presque oublier quelques rôles plus qu’embarrassants pour Ben (qui d’autre a pensé à Daredevil ?).

Un troisième long-métrage presque parfait pour Ben Affleck, donc, si ce n’est une certaine propension au patriotisme primaire et à l’autosatisfaction sur les 10 dernières minutes, auxquelles il était pourtant parvenu à se soustraire jusque là. On lui pardonne avec une tape sur les doigts, en espérant que sa prochaine réalisation soit le chef-d’oeuvre sur lequel nous l’attendons au tournant.

 argo-ben-affleck-iran-CIA

argo-hollywood-movie-affleck

Comments

Submit a Comment