Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | June 23, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Jurassic World : Fallen Kingdom

Chalisbury
  • On June 12, 2018
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
3

Insipide

Sortie (France) : 6 juin 2018

Ce n’est pas parce que les oiseaux sont apparentés aux dinosaures, qu’il faut nous prendre pour des pigeons. Jurassic World : Fallen Kingdom fait partie de ces suites qui prouvent qu’un blockbuster à grands renforts d’effets spéciaux mais sans scénario est bien peu de choses…

Après les événements du premier opus et l’anéantissement du Jurassic Park 2.0 par nos amis à écailles, ceux-ci sont livrés à eux-même sur cette île volcanique, prête à exploser. On retrouve alors notre couple vedette, Chris Pratt et Bryce Dallas Howard, prêts à en découdre pour donner à leurs précieux dinos une chance de survie sous des cieux plus favorables. Dans un premier temps, si la cause animale et le sous-texte écologique sont évidents, il est assez surprenant qu’il soit personnalisé par les deux personnages à l’origine de la domestication des dinosaures à des fins commerciales et scientifiques… Cependant, si l’on admet que l’on apprend de ses erreurs et qu’il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis, on pourra envisager qu’il s’agit là de se racheter une conscience, soit.

Passé le couplet écologique et l’entrée en matière tonitruante, nous voici embarqués dans une histoire chancelante, faite de vieux riche, de méchants très méchants, d’enfant en détresse et d’argent, beaucoup d’argent. Vous avez dit “déjà vu” ? En effet, si les (gros) clins d’œil à la trilogie d’origine faisaient office de fan service dans le premier volet, ils sont amenés ici sans aucune subtilité, avec leurs gros sabots (griffes ?) et ne sont que copiés-collés, prétexte à enrober les scènes d’action d’un scénario imaginaire.

Les acteurs font leur maximum, mais dans des rôles toujours plus manichéens, surtout du côté des méchants (coucou les grands méchants militaires chaperonnés par le méchant businessman !). On notera les apparitions brèves de l’éternel James Cromwell, de Géraldine Chaplin et du meilleur d’entre nous tous, Jeff Goldblum, dont les rôles ne paraissent être conçus que pour que la balance du bien et du mal s’équilibre. Un gros point d’interrogation enfin, sur le rôle de la fillette, dont le personnage très mystérieux ne trouve finalement jamais sa place ni son utilité, dans une intrigue survolée et, disons le, ahurissante.

Fallen Kingdom gagne cependant quelques points sur de jolies fulgurances (notamment une introduction nocturne qui laissait pourtant présager de belles choses). La première partie sur l’île, bien qu’un peu courte, nous offre cependant les plus sympathiques moments du film, et on se surprend même à une ombre de petite larmichette devant des images de synthèse, mais si chères à nos âmes de dinos.

Malgré quelques belles (et rares) choses, Jurassic World : Fallen Kingdom souffre d’un vide scénaristique évident, se reposant trop souvent (et mal) sur sa mythologie et son succès inévitable. Nous demandons un peu plus de respect pour nos animaux totem.

Synopsis :

Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l’île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.

Next Story

This is the most recent story.

Submit a Comment