Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | November 19, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Les Derniers Jours (2013)

Chalisbury
  • On August 7, 2013
  • http://www.evablanchard.fr

Review Overview

Note
6

Plaisant

Sortie (France) : 7 août 2013

Avec Les Derniers Jours, c’est au tour des frères Pastor de prouver une nouvelle fois que le cinéma espagnol n’a rien à envier (ou presque) à son grand frère américain.

Après Infectés, petite production post apocalyptique, David et Alex Pastor reviennent avec un second long métrage dans la même lignée. Los Ultimos Dias, bouclé avec un budget d’à peine 5 millions de dollars où le pari de livrer un film intelligent et bien mené. Comme c’était le cas avec Infectés, les frères Pastor confirment leur volonté de livrer un film intimiste, où les relations humaines sont au cœur du récit. Road movie apocalyptique, le film donne en effet la part belle à ses interprètes, dont Quim Gutiérrez, déséspéré de retrouver sa compagne, et parcourant les souterrains de Barcelone, accompagné de son ennemi, lui à la recherche de son père, et avec qui finira par se tisser une complicité inattendue.

les-derniers-jours-2013

C’est au moyen de nombreux flashbacks que l’on revient ponctuellement sur l’histoire des deux protagonistes et sur le début de cette contagion agoraphobe. Les deux hommes, opposés hiérarchiquement au sein de leur entreprise, deviennent les porte-paroles d’une société qui ne communique plus et où les hommes se croisent en somnambules, enfermés dans leur routine. On verrait alors presque une punition dans cette épidémie (qui brillent par son jamais vu en termes d’apocalypse) et un electrochoc naturel, bousculant les conventions et les hiérarchies installées.

les-derniers-jours-los-ultimos-dias

Malgré cette symbolique forte, on pourra reprocher au film son rythme très lent, une mise en scène assez conventionnelle, et un cruel manque d’action qui rebuteraient les aficionados du côté spectaculaire du genre. En effet, l’ambiance pesante et dramatique rend le film légèrement laborieux comme l’était La Route, bien que les petites touches d’espoir rappellent le brillant Les Fils de l’Homme, d’un certain Alfonso Cuaron … De fait, la fin du film, alambiquée et vite pliée, reste dans la continuité d’un récit intime et idealisé (voir carrément onirique) et laissent de nombreuses questions « pratiques » et terre-à-terre en suspens.

Synopsis :

Depuis la propagation d’un étrange et foudroyant virus, le monde est devenu terrifiant : sortir est désormais impossible. Dans leurs maisons, leurs bureaux, les gares, les gens sont condamnés à vivre cloitrés et doivent se battre pour leur survie. A Barcelone, Marc, piégé dans son bureau, se retrouve séparé de sa femme Julia. Contraint de faire équipe avec Enrique, son pire ennemi, il part à sa recherche dans les entrailles de la ville …

Submit a Comment