Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | May 23, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

La planète des singes : les origines (2011)

La planète des singes : les origines (2011)
Stéphanie Valibouse

Ma note : 7/10

Pourquoi ce film se pontifie-t-il d’un 7 de moyenne sur SensCritique ? Mais parce que tout le monde s’attendait à une bouse infâme et qu’ils ont été agréablement surpris, voilà pourquoi. AMHA ce genre de facteur peut faire remonter la note d’un ou deux points… Tout comme notre chéri Tim Burton se tape un 4,8 de moyenne sur sa version 2001 de la Planète des Singes : phénomène inverse (personnellement, j’ai aimé, mais pas taper please).

James Franco est bien agréable (visuellement parlant, nous sommes d’accord mesdemoiselles), et remplit son rôle tranquillement sans piquer la vedette au véritable héros de l’histoire : César. Dès l’affiche du film, nous le savons, et son regard presque humain vend le film beaucoup mieux qu’une bande annonce bourrée d’effets spéciaux et de réchauffé à l’américaine (pour moi, cette bande-annonce est une sombre rigolade qui ne rend pas du tout hommage au film).

Pourquoi est-ce que César déchire ? Mais parce que 1. C’est Andy Serkis qui le joue (AH MAIS OUIII LE MEC QUI JOUAIT GOLLUM TRUC DE OUF) et 2. Effets spéciaux made in Weta Workshop (source d’orgasmes visuels multiples), à l’origine des effets spéciaux de la trilogie du Seigneur des Anneaux. That’s right bitches. En fait, ils ne rigolaient pas avec ce petit film.

Comme les effets visuels et le beau gosse de service ne font pas tout sans un scénar qui tient la route, on doit bien avouer que pour un film qui repompe un concept vu et revu au cinéma, ils s’en sont assez bien sortis, tout en effleurant au passages quelques problématiques d’ordre éthique – parfois caricaturaux (maltraitance des animaux, excès scientifiques, activités louchissimes de certains laboratoires, et bien sûr le méchant scientifique qui se prend pour Dieu).

Et surtout, l’on aborde une question qui a sûrement donné des envies de suicides à de nombreux élèves de terminale coincés sur leur copie de Bac Philo : qu’est-ce qui confère à l’homme son humanité ? Est-ce la parole, l’intelligence ? Si un singe est doué de parole, peut-on le considérer comme un égal à son tour ? Peut-il se targuer d’humanité (en dehors de toute considération génétique) ? Et dans ce cas, quelle est la différence entre César, singe intelligent grâce au traitement, et l’orang-outang de cirque doué de langage des signes qu’il rencontre lors de son périple ?

Bien entendu, si ce genre de considérations ne t’intéressent pas, tu peux aussi choisir de passer un bon moment : 2 heures de réponses à la question “Mais comment diable la Terre s’est-elle peuplée de singes en si peu de temps” à grandes salves de chimpanzés virtuels, ça ne se refuse pas.

Comments

Submit a Comment