Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | May 25, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

Hot Fuzz (2007)

Anne-Swan

Review Overview

Note
8

Savoureux

Sortie (France) : 18 juillet 2007

La sortie du nouveau film d’Edgar Wright, Le dernier pub avant la fin du monde, étant annoncée ce mercredi, voici une belle occasion de se remémorer son précédent titre : Hot Fuzz. Ou quand un trio anglais décide de rendre hommage aux films d’action américains.

Edgar Wright et ses deux comparses, Simon Pegg et Nick Frost, sont de ceux qui ne laissent pas indifférents. Tout le monde – ou presque – se souvient du désormais culte Shaun of the dead, qui avait déjà à l’époque pour vocation de rendre hommage à un genre cinématographique à part entière : celui des films d’horreur, ou plus précisément de zombies. Le succès de ce second film se justifia par trois ingrédients clés : un duo de potes geeks complices à la ville comme à la scène, un humour où la finesse et l’absurdité font un excellent ménage, et un esprit passionné et nostalgique très communicatif.

hot_fuzz_2007_1024x768_79645

A sa sortie deux années plus tard en 2007, Hot Fuzz ne dérogea pas à la règle. Un couple toujours aussi complice, un humour british ancré dans des moments de vie quotidiens à l’apparence anodine, le tout enrobé dans une tonalité adulescente, laquelle rend cette fois hommage à un autre genre, celui du cinéma d’action. Mais pas n’importe lequel : le cinéma d’action américain.

Pourtant, en visionnant les premières minutes du film, rien n’est moins évident à détecter. Un flic d’exception londonien pschychorigide et monomaniaque est muté dans une petite bourgade perdue au coeur de la campagne anglaise, où celui-ci il fait la rencontre de son nouveau collègue – dont le regard de truite fumée en dit long sur ce qui se cache derrière. Cette rencontre signe alors la naissance d’un binôme plus improbable que jamais et que tout oppose en apparence. Mais en apparence seulement.

A ces deux personnages aux personnalités subtilement développées s’ajoute une ribambelle de personnages secondaires dont la banalité hilarante voire quasi burlesque cache là encore bien des surprises. Des surprises armées qui tirent fièrement leur inspiration de références comme l’Arme Fatale, Die Hard, le Flic de Beverly Hills, mais aussi et surtout de Point Break, et notamment de sa scène mythique du défouloir balistique vers le ciel de Keanue Reeves. En guise de cerise sur le gâteau, il ne manquait plus qu’un Timothy Dalton en gérant de supermarché mégalo. Il suffisait de demander.

hot-fuzz-alice-lowe-timothy-dalton

Cette volonté de miser sur des personnages hauts en couleur mise à part, il est également important de souligner l’humour si cher et propre à ces trois comparses, et facteur essentiel du succès de ce film – et de celui des précédents. Edgard Wright manie les détails de la vie quotidienne et des petites manies des protagonistes avec une subtilité jubilatoire, sans parler des nombreuses références évoquées précédemment, qui donnent au film une saveur dont on ne se lasse pas. Son talent et celui de Simon Pegg nous offrent une énième preuve du génie anglais dans ce registre.

Qu’on aime son style ou non, Edgar Wright est à l’origine d’un genre qui nous conforte nous autres grands enfants dans le souhait de ne pas grandir. Ce trio Edgar Wright, Simon Pegg et Nick Frost, c’est avant tout l’histoire de trois amis et surtout de trois fans, qui laissent exprimer leurs goûts et leur admiration pour le cinéma. En somme, à une autre échelle et dans un style différent, une sorte de Tarantino à l’anglaise.

Toutes ces raisons peuvent expliquer cette impatience non dissimulée de bon nombre d’adeptes attendant la naissance du prochain bébé, qui s’annonce dans la fidèle lignée de ses deux petits frères.

SYNOPSIS

A Londres, le policier Nicholas Angel est le meilleur de son équipe. Tellement bon qu’il fait passer ses collègues pour de simples gardiens de la paix. Le chef de la brigade décide donc de le “promouvoir” dans le petit village de Sandford, où il ne se passe rien. Aux côtés du policier local Danny Butterman qui rêve de devenir Mel Gibson, Nicholas règle quelques contraventions sans grand intérêt. Une série de crimes étranges va le remettre dans l’action…

Submit a Comment