Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | September 26, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

70ème Festival de Cannes : nos attentes !

70ème Festival de Cannes : nos attentes !
Stéphanie Valibouse

Nous voilà arrivés au Festival de Cannes, sur la Croisette qui bruisse déjà de toutes parts, accueillant comme chaque année 140 000 festivaliers venus du monde entier – triplant sa population habituelle. Et comme à chaque édition, il faudra faire des sacrifices car la liste des merveilles à voir est, comme toujours, cruellement riche…

La sélection officielle est si belle que je ne peux m’empêcher d’y succomber, parfois un peu trop, et au détriment des sélections parallèles que sont La Semaine de la critique, l’ACID et la Quinzaine des réalisateurs. Pourtant, cette dernière recèle encore des curiosités et des noms qui attirent l’œil, comme Otez-moi d’un doute par Carine Tardieu (Du vent dans mes mollets), ou l’intrigant Jeannette, film musical sur l’enfance de Jeanne d’Arc par Bruno Dumont (Ma Loute, Ptit Quinquin…). La Semaine de la critique propose aussi des œuvres alléchantes, comme Oh Lucy! de Atsuko HirayanagiLos Perros de Marcela Said, ou encore Tehran Taboo de Ali Soozandeh. A l’ouverture, on découvre un singulier film fantastique intitulé Sicilian Ghost Story.

Tehran Taboo Ali Soozandeh

Tehran Taboo, par Ali Soozandeh

Je n’y aurai malheureusement pas accès mais le Marché du Film n’est pas en reste, proposant notamment Logan Lucky de Steven Soderbergh. Au rayon horrifique, nous avons It Comes At Night de Trey Edward Shults qui a déjà commencé à buzzer dans la sphère cinéphile, et surtout Blood Money par Lucky Mckee, que nous aimons beaucoup pour les excellents May et The Woman. On découvre aussi qu’Eleanor Coppola, femme de, y présente un road movie autobiographique intitulé Paris Can Wait, et puis le dernier Cedric Klapisch, Ce qui nous lie, qui marie l’œnologie au septième art.

Mais c’est la Sélection Officielle qui cristallise l’essentiel de nos attentes. Tout d’abord, en compétition, Loveless d’Andreï Zvyagintsev, qui subjugue par le soin apporté à l’esthétique de ses œuvres. Pour les mêmes raisons, et parce que Kirsten Dunst est une de mes actrices favorites : The Beguiled, de Sofia Coppola qui entre enfin en compétition pour la Palme, après un passage remarqué à Un Certain Regard en 2013. Nous avons rendez-vous avec l’étrangeté de Yorgos Lanthimos et The Killing Of A Sacred Deer, qui suit les pas de The Lobster en sélection officielle. Okja, film coréen par le créateur de The Host, et The Meyerowitz Stories font beaucoup parler d’eux en tant que productions Netflix regardées d’un sale œil par les adulateurs de la chronologie des médias. Si j’attends le premier avec impatience, je me méfie du second ; je trouve les films de Noah Baumbach un peu prétentieux.

OKJA Bong Joon Ho

OKJA, par Bong Joon Ho

Évidemment, je ferai partie des plus enthousiastes pour L’amant double de François Ozon. Je serai ravie de découvrir les nouvelles œuvres de ces cinéastes : You were never really here, de Lynne Ramsay, qui m’avait terrifiée avec We Need To Talk About Kevin, Michael Haneke qui opte pour un titre assez amusant compte tenu de son style habituel (Happy End), et Michel Hazanavicius qui s’attache aux pas de Jean-Luc Godard dans Le Redoutable.

Côté Un Certain Regard, de très jolies choses également : Barbara de Mathieu Amalric (qui y présentait La Chambre Bleue en 2015), Las hijas de abril de Michel Franco, déjà lauréat de deux prix à Cannes pour Chronic et surtout l’impitoyable Después de Lucia, Fortunata de Sergio Castellito, et Avant que nous disparaissions de l’infatigable Kiyoshi Kurosawa (Real, Tokyo Sonata…).

Fortunata Sergio Castellitto

Fortunata, par Sergio Castellitto

On tentera aussi de voir Come Swim, court-métrage hors compétition et premier essai de Kristen Stewart à la caméra. Hors compétition également : How to talk to girls at parties de John Cameron Mitchell, et surtout, An Inconvenient Sequel, la suite dix ans plus tard de l’édifiant documentaire d’Al Gore sur le réchauffement climatique. En fin de festival, s’il reste de forces, on pourra également voir le dernier Roman Polanski, sobrement intitulé D’après une histoire vraie. Pour le reste, et les nombreux autres trésors du festival, il faudra remonter dans le temps pour une deuxième chance !

Enfin, j’espère aussi rencontrer, si j’en ai la chance, quelques personnalités sur place : Jake Gyllenhaal (parce qu’on ne se refait pas), Nicole Kidman (venue présenter pas moins de 4 films), Jessica Chastain et Park Chan-wook (au Jury), Uma Thurman (présidente du jury Un Certain Regard), Sofia Coppola et Kirsten Dunst, Isabelle Huppert, Alfonso Cuarón qui viendra animer une Masterclass, Jeremy Renner, Robert Pattinson… Sans oublier un petit tour à la rafraîchissante plage Magnum ou l’accueillante plage Nespresso pour une pause bien méritée, ou encore les soirées sur la Croisette, toutes propices aux rencontres inattendues.

Submit a Comment