Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | July 28, 2017

Scroll to top

Top

No Comments

La vie rêvée de Walter Mitty (2014)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
8

Savoureux

Sortie (France) : 1er janvier 2014

Ben Stiller amorce un tournant dans sa carrière, délaissant la comédie pure au profit de son dernier film, une aventure touchante avant tout destinée à rendre son public heureux.

La songerie sied aux plaisantins. On se rappelle du choc qu’était The Truman Show, aux antipodes des rôles habituels de Jim Carrey, d’ailleurs pressenti pour incarner le personnage principal dans cette version contemporaine de La vie rêvée de Walter Mitty. Sans atteindre le même niveau d’émotion, celle-ci embarque le spectateur dans un plaisant périple aux côtés de son héros.

Rêveur incompris bousculé par son patron belliqueux, Walter développe des pellicules dans un sous-sol miteux de la rédaction du magazine Life. Il se visualise en couverture du magazine comme ces pionniers aventureux qui en enrichissent la ligne éditoriale, et s’improvise sur-homme des temps modernes grâce à son imagination fertile, lors de chimères éveillées au cours desquelles il ne prête plus attention au monde qui l’entoure. Jusqu’au jour où il réalise qu’il n’a rien fait de sa vie dont il s’estime fier, et décide de passer à l’action pour retrouver un mystérieux négatif détenu par le fameux photographe Sean O’Connel (Sean Penn).

La vie rêvée de Walter Mitty Ben Stiller collègues

Dès les premières minutes, La vie rêvée de Walter Mitty impose son style avec aisance, et balaie l’éventualité d’un traitement onirique pour offrir des scènes d’évasion généralement chargées en action et humour. Un parti pris parfois regrettable car l’émotion n’atteindra jamais le point d’orgue mérité par une telle thématique, et Ben Stiller, par ailleurs excellent, crée un héros paradoxal, comme si la transition s’opérait trop rapidement et que ses actions soudainement intrépides surgissaient trop vite au cours de sa métamorphose.

Mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut reprocher au film, c’est sa créativité : une direction artistique fabuleuse, du générique inventif aux somptueux paysages himalayens, et un accompagnement musical qui figurera sans aucun doute parmi les meilleurs de l’année 2014. La notion de temps perdu se matérialise intelligemment sous la forme de ce train manqué par le héros le temps d’une rêverie, symbolique des opportunités non saisies. Walter, paralysé par ses peurs, marche avec lenteur, dépassé par les autres passants – et par sa vie. La structure du récit en lui-même s’éloigne des sentiers rebattus du film à succès traditionnel et s’enrichit de rebondissement aux moments les plus incongrus. Et en outre, non content de nous divertir, Ben Stiller nous fait rire.

On s’attache à ce Walter Mitty aux allures de loser, aux prises avec son quotidien ordinaire rythmé de factures et de petites défaites de la vie ordinaire. On s’y identifie et se prend à vivre ses aventures comme une forme de catharsis où se cristallisent et s’évaporent toutes nos frustrations. Ses deux interlocuteurs les plus marquants – le photographe globe-trotteur et le technicien responsable d’un site de rencontres en ligne – sont les voix qui nous soufflent de poursuivre nos souhaits les plus chers, fut-ce jusqu’au bout du monde.

La vie rêvée de Walter Mitty Afghanistan

“Je n’aime pas la distraction de la caméra”, énonce Sean Penn, laissant s’enfuir la panthère attendue des jours durant sans en faire le cliché, en une magnifique leçon de vie autant destinée à son interlocuteur qui n’a su jusqu’à présent saisir l’instant présent, qu’à l’être humain connecté en permanence à son appareil photo ou téléphone, incapable de savourer la beauté du monde réel. La vie rêvée de Walter Mitty n’est pas qu’une comédie, un film d’action ou une histoire d’amour. Ce sont les trois à la fois et bien plus encore, rassemblés en une belle aventure humaine, émouvante, sur le courage de lâcher prise et vivre pleinement sa vie.

Synopsis

Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais. 

Merci au Club 300 Allociné pour la projection en avant-première.

Submit a Comment