Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Filmosaure | December 15, 2017

Scroll to top

Top

One Comment

Stoker (2013)

Stéphanie Valibouse

Review Overview

Note
7

Appétissant

Sortie (France) : 1er mai 2013

Park Chan-wook, réalisateur sud-coréen à qui l’on doit notamment une fabuleuse et viscérale adaptation du manga Old Boy (Grand Prix au Festival de Cannes 2004) et Thirst, se lance pour la première fois à Hollywood pour concevoir Stoker, oeuvre hypnotique imprégnée d’une sensuelle morbidité.

Difficile de se faire un avis immédiat sur le nouveau Park Chan-wook. L’on en ressort dérouté, grisé par l’infinie beauté des images que l’on vient d’assimiler, mais confus par un scénario raisonnablement prévisible. A-t-on déjà vu trop de thriller ? Hitchcock, dont le film revendique s’inspirer, et ses prédécesseurs, ont-ils déjà épuisé tous les cas de figure, faisant de nous de spectateurs blasés et sensibles à tout twist éventuel ?

La trame écrite par Wentworth Miller lutte à demeurer originale, poussant l’atmosphère Hitchcockienne dans ses retranchements. Nulle besoin d’avoir vu L’ombre d’un doute, dont Stoker est un quasi-remake, pour le ressentir. Mais ici, le malsain s’installe insidieusement, s’épanouit, et devient un élément central de l’ambiance du film. Entre sexualité subversive et sentiments ambivalents, le passage à l’âge adulte d’India s’opère discrètement, dangereusement. Loin des drames hystériques et de l’humour noir grinçant de Old Boy, Stoker se déploie comme un lent cauchemar sensuel.

stoker nicole kidman mia wasikowska

Un peu trop lent peut-être. L’on ressent les longueurs d’une première heure durant laquelle l’intrigue tarde à s’installer. Pourtant, l’esthétique et la mise en scène de Stoker sont telles que l’on peut rester occupé à en admirer chaque plan en tant que chef-d’oeuvre. La photographie de Chung-hoon Chung – fidèle des oeuvres de Park Chan-wook – surplombe tout le reste et s’impose en maîtresse. Dès les premières secondes, l’on retrouvera ce que je qualifierais naïvement de touche asiatique : ce décalage un peu contemplatif, ces personnages dérangés à l’aspect juvénile, ces transitions oniriques d’un plan à l’autre. Et, dans son ensemble, la perfection toute propre à certains réalisateurs qui ne laissent aucune des 24 images par seconde au hasard. L’oeuvre d’art cannibalisant le divertissement, l’antithèse du blockbuster décérébrant.

Ingénue, Nicole Kidman semble tout aussi perdue que nous. Il est étrange et inhabituel de la voir dans un rôle si superficiel, et l’on arrive pas à savoir si elle a eu peine à donner de la substance à son personnage ou si cette transparence est intentionnelle afin de marquer le contraste avec une Mia Wasikowska merveilleusement indéchiffrable, aux mille nuances de caractère. On pourra reprocher à Matthew Goode son manque d’aspérités (le physique de Malibu Ken n’aidant pas trop à la crédibilité du mec) mais il n’en demeure pas moins séduisant (et tout aussi creepy, du coup).

stoker matthew goode mia wasikowska

Stoker nous plonge dans une sorte de dimension parallèle, où le temps se cristallise, nous imposant la patience, et où la mort, sensuelle et turbulente, enveloppe tous ces protagonistes que l’on aime détester jusqu’à la dernière seconde. Comme s’ils parvenaient, d’une certaine manière, à nous communiquer leurs psychoses.

Synopsis

Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l’existence, venir s’installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l’homme d’avoir d’autres motivations que celle de les aider. La méfiance s’installe, mais l’attirance aussi…

Comments

Submit a Comment